Tir fatal sur l'A1: Le policier s'est senti menacé, version contestée
Actualisé

Tir fatal sur l'A1Le policier s'est senti menacé, version contestée

Les avis divergent quant au bien-fondé du tir du policier qui a coûté la vie à un jeune présumé voleur en fuite dans le canton de Fribourg.

Le policier vaudois qui a tué un présumé voleur de voitures dans le tunnel de Sévaz (FR) sur l'A1 a expliqué qu'il s'était senti menacé.

Mais à aucun moment la voiture n'a tenté de le heurter, a répliqué Me Jean-Michel Dolivo, avocat de la famille de la victime.

L'appointé vaudois est sous le coup d'une enquête pour homicide par négligence ou meurtre par dol éventuel. «L'enquête devra d'abord déterminer si le gendarme a agi dans le cadre de son devoir de fonction et si les faits sont pénalement répréhensibles», a expliqué Me Jacques Michod, l'avocat du policier.

Danger extrême

Le bâtonnier vaudois a expliqué qu'en l'état, il avait trop peu d'éléments pour faire des commentaires sur l'affaire. «Objectivement, les deux gendarmes se sont trouvés dans une situation de danger extrême», a-t-il toutefois relevé.

Pour Me Dolivo, qui a eu accès aux témoignages des policiers, «il apparaît clairement que la voiture n'a à aucun moment tenté de heurter le policier. Elle est restée sur la voie de gauche. Elle avançait à grande vitesse, mais pas à 260km/h selon les déclarations que j'ai lues», a-t-il ajouté.

L'avocat représente la famille du défunt et agit comme partie civile dans la procédure lancée contre le policier vaudois. Il est aussi l'avocat du frère jumeau de la victime dans l'enquête pour vol de voiture. Ce jeune homme a été placé en détention préventive et est soupçonné d'être impliqué dans le vol de voitures.

Refus de s'exprimer

Il n'a pas encore été entendu par le juge et n'est pas formellement inculpé de vol en bande et par métier, a expliqué Me Dolivo. Face aux policiers, le jeune homme de 18 ans et demi a refusé de s'exprimer. «Il a fait usage de son droit de se taire».

«La famille du défunt, mon client compris, sont conscients que le vol est un délit. Mais une exécution sommaire n'est pas la sanction d'un tel délit», a ajouté Me Dolivo. L'avocat va demander à avoir accès à l'ensemble des pièces du dossier des deux enquêtes. Dans l'enquête pour vol, il n'a pour l'heure pu consulter que les pièces qui ont motivé la mise en détention préventive.

(ats)

Ton opinion