Vaud: Le pollueur de la Mèbre est un garagiste
Actualisé

VaudLe pollueur de la Mèbre est un garagiste

Des huiles minérales avaient pollué le cours d'eau à Chavannes-près-Renens. L'enquête a permis d'identifier la personne responsable.

Les images de la Mèbre polluée.

La police a identifié l'auteur de la pollution de la Mèbre la semaine dernière à Chavannes-près-Renens (VD). Un garagiste indépendant, en situation irrégulière en Suisse, avait déversé de l'huile de vidange dans une canalisation d'eau claire se jetant dans la rivière.

L'origine de la pollution a été localisée dans une surface industrielle en sous-sol d'un garage officiel à Chavannes-près-Renens. Ce local était utilisé par un garagiste indépendant de 32 ans, en situation irrégulière en Suisse depuis plusieurs années.

«Cet homme réparait des voitures au noir. Il n'avait aucune autorisation d'exercer et travaillait seul», a expliqué mercredi Arnold Poot, porte-parole de la police vaudoise. A la demande du gérant du site, il devait quitter les lieux. Pressé de débarrasser son matériel, il a déversé plusieurs dizaines de litres d'huiles de vidange dans un regard qui donnait directement sur une canalisation d'eau claire conduisant à la Mèbre.

Pas correct

«Il a expliqué qu'il savait que ce n'était pas correct. Mais qu'il pensait qu'il s'agissait d'une canalisation d'eaux usées», a précisé le porte-parole. Le garagiste s'est présenté de lui-même à la police, lorsqu'il a appris les conséquences de son geste.

L'homme a reconnu les faits. Il a été dénoncé pour infractions à la loi fédérale sur la protection des eaux et à la loi sur les étrangers.

Fin du nettoyage

Les travaux de nettoyage de la Mèbre se sont terminés lundi, six jours après la grave pollution qui a touché la rivière. Posé peu après les faits, un barrage a réussi à contenir le liquide noir et visqueux avant son entrée dans le Léman. Mais plusieurs volatiles avaient été souillés.

Les canalisations et les collecteurs ont été nettoyés pour éliminer toute trace de pollution. Selon la Direction générale de l'environnement, les dégâts à la faune semblent «assez limités» et la qualité de l'eau n'a pas été affectée durablement, précise le communiqué de presse. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion