Marée noire: Le pompage reprend
Actualisé

Marée noireLe pompage reprend

L'entonnoir qui permettait de pomper une partie du pétrole s'échappant dans le golfe du Mexique, et qui avait été retiré provisoirement, a été réinstallé.

Les opérations de pompage ont repris dans le Golfe du Mexique pour récupérer une partie du pétrole qui fuit depuis près de deux mois d'une plateforme pétrolière. La compagnie pétrolière BP a annoncé avoir repositionné l'entonnoir positionné sur la fuite.

Le pompage a repris mercredi à 20h00 (jeudi 02h00 suisses), après dix heures d'interruption. Le retrait de l'entonnoir avait été décidé après une collision avec un robot téléguidé qui avait apparemment fermé une des soupapes, augmentant la pression dans le dispositif.

Pour la journée de mercredi, BP dit avoir récupéré ou brûlé 16'830 barils de pétrole au niveau du puits qui fuit, soit une baisse de près de 40% par rapport au niveau de la veille, qui constituait un record (27'100 barils). Une équipe d'experts du gouvernement américain estime que 35'000 à 60'000 barils s'écoulent chaque jour du puits.

D'après les estimations maximales du gouvernement fédéral, l'explosion de la plate-forme Deepwater Horizon a déjà conduit au déversement en mer de quatre millions de barils de brut depuis le 20 avril, soit quinze fois plus que la marée noire provoquée par l'accident de l'Exxon Valdez en Alaska en 1989. BP dit avoir récupéré quelque 325'700 barils.

Pouvoirs d'assignation

A Washington, la Chambre des représentants a adopté mercredi un projet de loi visant à donner des pouvoirs d'assignation à la commission d'enquête indépendante sur la marée noire créée par le président Barack Obama. Ce texte a été approuvé par 420 voix contre une seule.

Le fait de doter la commission de pouvoirs d'assignation «empêchera BP de faire obstruction» au cours de l'enquête de la commission, qui pourra ainsi «recevoir les témoignages d'experts et de témoins cruciaux», a indiqué le démocrate James Clyburn, l'un des chefs de file démocrates de la Chambre des représentants.

M. Obama avait mis en place le 21 mai, par décret, une commission d'enquête indépendante pour faire la lumière sur les causes de la marée noire. Cet organe doit fournir des recommandations dans les six mois pour éviter et atténuer à l'avenir l'impact d'une éventuelle marée noire due à des forages en mer.

Obama plonge

Par ailleurs, l'administration Obama a comme prévu fait appel mercredi de la décision rendue la veille par un juge fédéral de Louisiane qui avait donné raison à une dizaine de compagnies pétrolières en annulant le moratoire décrété pour six mois sur les forages en eau profonde. Pour le juge Martin Feldman, la décision prise par l'administration excède son autorité.

Depuis le début de la marée noire, la plus grave dans l'histoire des Etats-Unis, les conséquences politiques vont croissantes: selon un nouveau sondage pour le Wall Street Journal et NBC, la cote de popularité de Barack Obama a encore reculé.

Avec 45% de bonnes opinions, le président démocrate perd cinq points en un mois. Et la moitié des personnes interrogées pour les besoins de ce sondage désapprouvent sa gestion de la crise écologique et économique.

Pour la première fois depuis son investiture, en janvier 2009, le baromètre Wall Street Journal/NBC, la proportion d'Américains mécontents de son action (48%) dépasse celle des satisfaits.

(ats)

Ton opinion