Coronavirus en Suisse: «Le port du masque est aussi indispensable au bureau»
Actualisé

Coronavirus en Suisse«Le port du masque est aussi indispensable au bureau»

Les systèmes de climatisation seraient susceptibles de propager les virus dans l’air. Des experts espèrent donc que l’obligation du port du masque soit élargie.

L'infectiologue tessinois Christian Garzoni préconise d’imposer le port du masque dans les bureaux.

L'infectiologue tessinois Christian Garzoni préconise d’imposer le port du masque dans les bureaux.

Lorsqu'une personne infectée par le coronavirus parle, tousse ou éternue, elle projette des microgouttelettes et donc les virus jusqu'à huit mètres de distance. Cette nuée contaminée peut rester en suspension dans l’air durant de longues minutes. Un constat qui inquiète la communauté scientifique: 239 chercheurs du monde entier ont récemment lancé un appel à l'OMS pour qu'elle se penche sur le risque de transmission par l’air.

Les systèmes de climatisation seraient susceptibles de propager des particules virales encore plus loin, estiment des experts. L’exemple le plus frappant est celui d’un patient asymptomatique qui a infecté dans un restaurant chinois cinq personnes qui se trouvaient aux tables adjacentes, probablement en raison de la ventilation qui aurait soufflé des particules contaminées dans leur direction. Dans le cas de la contamination dans l’abattoir allemand Tönnies, où plus de 1500 employés ont été infectés, le manque de renouvellement de l’air serait incriminé.

Ce constat fait l’objet d’une attention toute particulière en Suisse, avec la hausse des températures. Christian Garzoni, chef de l'hôpital du Moncucco, infectiologue et membre de la Commission fédérale pour la préparation et la gestion des pandémies, met en garde contre la transmission du virus par les systèmes de climatisation, qui «pourraient le propager dans un bureau en déplaçant l'air dans la pièce ou simplement en le recyclant au lieu de le remplacer», déclare le Tessinois. Selon lui, les climatiseurs peuvent facilement rendre la distanciation inutile: «Si quelqu’un est assis à trois mètres de moi, la climatisation peut transporter le nuage de particules sur mon espace de travail».

Pour Christian Garzoni, il est donc clair que «le port du masque est aussi indispensable au bureau». Le spécialiste appelle les entreprises à instaurer cette mesure dans leur plan de protection. De plus, il espère que l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) ainsi que les autorités décident d’élargir l’obligation du port du masque aux entreprises, dans les magasins et lors de tout rassemblement.

Les autorités surveillent l'évolution de la situation

Le groupe d’experts de la Confédération s’est également penché sur la question. En une minute de parole, une personne infectée peut propager dans l’air quelque 1000 gouttelettes contaminées qui peuvent rester en suspension jusqu’à huit minutes, notent les chercheurs. «Même si la principale voie de transmission est le contact direct, des études montrent que le Sars-CoV-2 peut être transmis par des aérosols, en particulier dans les pièces mal ventilées». Le groupe de travail conseille donc de renouveler régulièrement l’air dans les espaces clos. Il recommande également le port du masque dans les espaces mal ventilés où la distanciation ne peut pas être maintenue et où le traçage ne peut pas être garanti.

Vendredi, l’OSFP n’était pas en mesure d’indiquer si des cas de contamination par les systèmes de climatisation s’étaient déjà produits en Suisse. Thomas Steffen, médecin cantonal bâlois, a néanmoins indiqué que l’office «ne pense pas qu'il y ait actuellement un risque accru d'infection dû aux systèmes de climatisation s'ils sont bien entretenus». Mais les recherches dans ce domaine ne sont pas encore terminées.

De leur côté, les Cantons surveillent les éventuelles infections sur les lieux de travail. «Dans la situation actuelle, tous les cas sont analysés, afin d'identifier rapidement les causes possibles. C'est une procédure courante, qui est également utilisée, par exemple, en cas d'apparition de légionelles», explique le Bâlois. Jeudi, lors de son point presse, l’OFSP avait indiqué que les contaminations actuelles s’étaient surtout produites à l’étranger, dans les clubs, lors de funérailles ou encore au sein des entreprises.

Les gestes à adopter pour que le masque soit efficace

Que pensent nos lecteurs des masques dans les magasins?

(Pascal Michel/mst)

Ton opinion

330 commentaires