Jumeaux kidnappés: Le portrait espagnol de la mère est moins reluisant qu’il n’y paraît

Publié

Jumeaux kidnappésLe portrait espagnol de la mère est moins reluisant qu’il n’y paraît

Alors que la justice française s’apprête à juger le père pour enlèvement, les médias espagnols considèrent majoritairement que c’est la maman qui est coupable.

par
Xavier Fernandez
Les jumeaux étaient portés disparus, jusqu’au jour où ils sont réapparus à Boudry.

Les jumeaux étaient portés disparus, jusqu’au jour où ils sont réapparus à Boudry.

Guardia Civil

Dans l’affaire des jumeaux espagnols enlevés la semaine dernière à La Chaux-de-Fonds (NE), la mère prétend les avoir cachés en Suisse pour les mettre à l’abri d’un père violent et abuseur, ainsi que pour se rapprocher de Genève et de l’ONU. Son but serait de dénoncer une justice espagnole qu’elle considère trop complaisante avec les pères maltraitants.

Du côté des médias espagnols, c’est un tout autre visage de cette femme qui est dépeint. «Elle a déposé une quantité incroyable de plaintes, sans aucune preuve ni fondement contre le père, qui a été acquitté de chacune d’elles», explique un journaliste espagnol, très proche du dossier. Selon ce dernier, la mère des jumeaux avait d’ailleurs accusé, par le passé, son propre père d’avoir abusé d’elle. Et c’est à ce même père qu’elle a ensuite régulièrement confié ses propres enfants.

La justice espagnole fâchée avec la Suisse

Le tribunal madrilène qui se charge de cette affaire est aussi très remonté contre la justice suisse, puisqu’un avis de recherche européen a été émis pour la mère, qui est accusée de soustraction de mineurs. Pour rappel, elle avait l’interdiction de quitter la région de Madrid avec ses enfants, sans autorisation d’un juge. Malgré tout, la Suisse ne l’a pas remise aux autorités espagnoles et lui a reconfié les enfants. C’est en effet elle qui en avait la garde, et une affaire était encore pendante en Espagne. «Elle l’avait accusé de l’avoir agressée avec des ciseaux. Mais le seul à avoir eu des blessures, c’est le père. Il a donc une nouvelle fois été acquitté en août dernier», poursuit notre interlocuteur.

Reste que toutes ces dénonciations pénales ont eu le don de bloquer la justice civile, en particulier le Tribunal des familles. «Une audience devait avoir lieu ce vendredi au cours de laquelle le père avait de grandes chances d’obtenir la garde des enfants. Mais elle ne pouvait pas se tenir, la mère et les enfants se trouvant toujours en Suisse. Hasard du calendrier, ce même jour, c’est lui qui sera jugé en France pour enlèvement. Si le père avait réussi à traverser la frontière, l’Espagne l’aurait protégé», estime le journaliste.

Étonnantes similitudes

Ne ratez plus aucune info

Pour rester informé(e) sur vos thématiques préférées et ne rien manquer de l’actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque jour, directement dans votre boîte mail, l’essentiel des infos de la journée.

Ton opinion