Population: Le portrait robot du Neuchâtelois surprend
Actualisé

PopulationLe portrait robot du Neuchâtelois surprend

«L'Express» et «L'Impartial» se sont amusés à raconter leur canton à travers 20 statistiques sur la région et ses habitants.

par
Christine Talos
Les deux journaux font ainsi ressortir les caractéristiques du canton de Neuchâtel.

Les deux journaux font ainsi ressortir les caractéristiques du canton de Neuchâtel.

@ChTalos

Vous pensez que les noms de famille les plus répandus dans le canton de Neuchâtel sont Jeanneret, Jacquet ou Dubois? Que nenni! Le patronyme le plus courant est Da Silva, devant Ferreira et Dos Santos. Les Dubois arrivent seulement en 4e position et les Jeanneret sont 6e. C'est l'un des résultats étonnants qui ressort des chiffres de la statistique cantonale que «L'Express» et «L'Impartial» se sont amusés à décortiquer pour dresser le portrait du canton et de ses habitants.

Et si les Da Silva sont en tête pour les noms de famille, au niveau des prénoms, ce sont les Maria, Marie et Catherine qui ont la cote côté féminin, tandis que Jean, Pierre et Michel sont les préférés pour les garçons. Côté religion, les Neuchâtelois sont à 39% sans confession, 25% sont catholiques romains, 24% protestants, tandis que 6% sont musulmans.

Les Portugais les plus nombreux

C'est la communauté portugaise (13'800 personnes) qui représente la plus grande part de population étrangère dans le canton (45'000 résidents en tout), devant les Français (7700), les Italiens (7200), les Espagnols (2600) et les Kosovars (1100).

Le canton de Neuchâtel est par ailleurs celui qui détient le taux le plus élevé d'aide sociale avec 7,1% de la population concernée. Peut-être parce que les ménages comptant un parent seul avec enfant(s) ont augmenté de 53% dans le canton entre 2000 et 2014, relatent les deux journaux. On y gagne en moyenne 5560 francs dans le domaine des services contre 5960 francs dans l'industrie.

Maladies cardiaques en tête

Côté santé, les chiffres montrent que le canton arrive 3e des dépenses de santé publique (345 millions de francs), derrière Genève et Bâle-Ville. Et il faut savoir qu'on y meurt avant tout de problèmes liés à l'appareil circulatoire (le cour en particulier), devant les cancers et les accidents en tous genres.

Enfin, les deux journaux neuchâtelois ont ressorti quelques chiffres concernant l'agriculture et l'environnement. Ils montrent que les paysans cultivent en premier lieu des céréales et que les poules sont les reines des exploitations du canton avec 89'000 gallinacés recensés en 2015. Soit bien plus que les bovins qui n'étaient que 41'000 et les cochons (10'000). Quant au gibier abattu, les chevreuils ont le triste privilège de devancer les sangliers, les renards et les chamois.

Ton opinion