11.10.2020 à 18:12

CyclismeLe Portugal à la fête sur le Giro

Ruben Guerreiro a remporté la 9e étape du Tour d’Italie et son compatriote Joao Almeida reste en rose.

À quelques mètres de la ligne, Ruben Guerreiro savoure sa victoire.

À quelques mètres de la ligne, Ruben Guerreiro savoure sa victoire.

Keystone

Fête portugaise sur le Giro: Ruben Guerreiro a enlevé la 9e étape, dimanche, à Roccaraso dans les Abruzzes (centre), et Joao Almeida a conservé le maillot rose de leader après cette deuxième arrivée au sommet.

Sur la rampe finale d’Aremogna, les favoris se sont départagés à coups de secondes. Avec avantage au Danois Jakob Fuglsang et au Néerlandais Wilco Kelderman, qui ont pris le dessus sur l’Italien Vicenzo Nibali, le seul vainqueur de grand tour encore en course après les abandons des Britanniques Geraint Thomas et Simon Yates.

Nibali reste souriant

S'il a cédé 14 secondes à Fuglsang en cette journée éprouvante, pluie et froid réunis à l’altitude de 1658 mètres, Nibali a tenu à paraître souriant quelques minutes après l’arrivée. Le Sicilien a désamorcé la polémique née de propos de Fuglsang affirmant que le champion italien avait du mal à accepter la montée en puissance de son ancien équipier, lorsque tous deux couraient dans la même formation (Astana).

«C’est une affaire montée en épingle par les médias», a répondu Nibali. La veille, son équipe, déjà lancée à l’avant, n’avait en rien ralenti après la crevaison de Fuglsang. «Ce sont des faits de course», a estimé à ce propos Nibali, dont l’avance sur le Danois a fondu à 4 secondes seulement après l’arrivée à Roccaraso.

Almeida sauve l’essentiel

Almeida, qui avait à craindre cette étape de moyenne montagne affichant quelque 4000 mètres de dénivelé, a sauvé l’essentiel. Le jeune Portugais (22 ans) a fléchi dans la montée finale mais a limité la perte à 18 secondes sur le duo Fuglsang-Kelderman.

Autres jeunes coureurs en vue, par rapport aux «trentenaires» que sont Fuglsang et Nibali, l’Australien Jay Hindley (24 ans) a accompagné son leader Kelderman tout au long de l’ascension finale et le Danois Mikkel Bjerg s’est classé troisième de l’étape, après avoir livré un contre-la-montre pour intégrer l’échappée.

Bjerg (21 ans) a prouvé pour la première fois au plus haut niveau qu’il pouvait être autre chose qu’un futur grand spécialiste du contre-la-montre, déjà trois fois champion du monde espoirs.

31 ans après Acacio da Silva

Leurs performances ont été éclipsées cependant par le succès de Ruben Guerreiro, son premier dans une course internationale. Le Portugais, qui a résisté au forcing de son dernier compagnon, l’Espagnol Jonathan Castroviejo, dans les 6 derniers kilomètres, a signé la deuxième victoire d’un coureur de son pays dans le Giro, 31 ans après Acacio da Silva qui s’était imposé sur les flancs de l’Etna (Sicile).

«Enfin! quelle satisfaction après tant de deuxièmes places!» a exulté le vainqueur du jour, qui est âgé de 26 ans. Référence à ses deuxièmes places de la Vuelta 2019 (derrière Kuss) et du récent Tirreno-Adriatico (derrière van der Poel).

Du repos

Par coïncidence, Guerreiro a donné aussi à l’équipe Education First son deuxième succès depuis le départ. L’Équatorien Jonathan Caicedo avait gagné sur l’Etna, lundi dernier, lors de la première des six arrivées au sommet au programme du Giro.

Lundi, première journée de repos et tests de détection du Covid-19 au programme pour l’ensemble des coureurs. Avant la 10e étape, prévue mardi entre Lanciano et Tortoreto (177 km).

(AFP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
5 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Vélofrouzes

12.10.2020 à 02:18

Mais y sont où les fr ou zes au Giro ? Ah bon y a plus de champions du monde ? Hi hihihihihi

ricardo

11.10.2020 à 21:39

Viens vite avant de fermer le projet. site - GetbаdgirI .com

Ricardo simao

11.10.2020 à 18:33

France 1 Portugal 2 ça serait le top viva Portugal