football: Le Portugal dans l'enfer de Zenica
Actualisé

footballLe Portugal dans l'enfer de Zenica

Pour les barrages retour du Mondial, la Bosnie reçoit mercredi (20 h 45) les hommes de Carlos Queiroz en pleine campagne. Pourquoi?

par
Julien Caloz

Zenica est jumelée avec Gelsenkirchen (D), vaste étendue de cheminées titubantes distribuées dans le bassin de la Ruhr. L'anecdote abrège les présentations: mercredi à Zenica (Bosnie-Herzégovine), le Portugal visitera une cité industrielle dépourvue d'intérêt. «Ils auraient pu choisir le stade olympique de Sarajevo (37 500 places) à 70 km de là, mais cela aurait offert trop de repères aux Portugais», estime un journaliste. La Bosnie-Herzégovine recevra donc les coéquipiers de Nani au Bilino Polje, devant 25 000 fanatiques.

La démarche n'est pas nouvelle: la Turquie opte souvent pour le «petit» stade Ali Sami Yen (22 000 places), «où il n'y a aucune échappatoire», selon ce qu'en disent les habitués, alors que la Grèce préfère le Karaiskakis du Pirée (33 000 sièges). «Les pros ont l'habitude de soirées mouvementées», relativise l'entraîneur du FCZ, Bernard Challandes. «Mais un public proche du terrain peut, de manière inconsciente, influencer l'arbitre. On se rend compte qu'il est par ailleurs difficile de s'imposer à Berne et à Bâle», où les premiers sièges frôlent la ligne de touche.

«Le Portugal résistera», selon Marc Hottiger (63 sélections), lequel se souvient d'une virée récréative en Roumanie. «La Suisse s'était incliné 1-0 devant 50  000 fans. Le stade pouvait en contenir 30 000.»

Des insultes en guise d’accueil

La sélection portugaise a reçu un accueil difficile à Sarajevo. Débarqués lundi soir vers 21 h 30, les Lusitaniens ont été insultés par quelque 60 pseudo-supporters bosniaques, dont certains ont craché sur les joueurs. Ces derniers ont pu approcher les partenaires de Deco avec une facilité déconcertante. Selon la radio Antena 1, les autorités locales ont empêché des militaires portugais en mission en Bosnie de se déployer en cordon. En outre, les valises des internationaux ont été ouvertes et contrôlées une à une à la douane. La Fédération portugaise de football compte présenter une protestation officielle auprès de la Fifa, portant notamment sur la passivité de la police locale devant «quelques dizaines d’énergumènes».

Ton opinion