Le PRD envisage une initiative sur «EasySwissTax»
Actualisé

Le PRD envisage une initiative sur «EasySwissTax»

Le PRD passe à l'offensive après que le Conseil national a rejeté son projet de simplification fiscale «EasySwissTax».

Il pourrait bien lancer une initiative populaire.

Réunis samedi en assemblée à Port, près de Bienne, quelque 350 délégués radicaux ont chargé, par applaudissements, la direction du parti d'étudier la possibilité d'élaborer une initiative populaire d'ici janvier-février. Le groupe de travail devra se fonder sur les résultats de la consultation, en cours auprès des milieux concernés et des cantons.

«Mais je suis convaincu que notre projet vaut la peine d'une votation populaire,» a déclaré le président Fulvio Pelli. Auparavant, le conseiller aux Etats Rolf Schweiger (ZG) a expliqué tous les avantages de ce projet de simplification fiscale qui «doit décharger et récompenser les gens qui travaillent» au lieu de les pénaliser comme actuellement.

En campagne

A deux semaines des élections fédérales, l'assemblée a aussi été l'occasion de lancer des piques contre les autres partis. Fulvio Pelli a invité les Suisses à envoyer les radicaux sous la Coupole et les autres partis au théâtre, là où les plans secrets les plus farfelus ont leur place.

L'enjeu du 21 octobre est tout simplement l'avenir du pays, a souligné le Tessinois. Malheureusement, la campagne relève plus du théâtre que d'un réel souci pour l'emploi, la pérennité des assurances sociales, la formation ou l'intégration. Seul le PRD s'inquiète des défis que la Suisse devra relever ces prochaines années, selon son président.

«L'heure de vérité pour la Suisse est proche», a renchéri le vice-président Léonard Bender. Il s'agit d'élire le 21 octobre des gens qui travailleront pour la Suisse.

Et les deux hommes de critiquer les partis qui veulent réduire le rendez-vous à un premier tour de l'élection du Conseil fédéral. «Si c'était le cas, nous devrions alors regarder le bilan des membres du gouvernement de plus près», a relevé M. Pelli.

Insécurité pas résolue par l'UDC

«Les deux conseillers fédéraux UDC sont en charge de la sécurité depuis quatre ans. Et l'UDC elle-même dit que nous n'avons jamais connu autant d'insécurité», a constaté le président.

Moritz Leuenberger s'apprête lui à autoriser l'émission de millions de tonnes de CO2 avec de nouvelles centrales à gaz. Quant à la politique extérieure de Micheline Calmy-Rey, elle est certes active, mais inefficace, a illustré le président.

En contraste, le bilan des Sages radicaux est «excellent»: Hans-Rudolf Merz a réussi le tour de force de réduire la dette tout en diminuant les impôts, alors que Pascal Couchepin a stoppé l'explosion des primes d'assurance-maladie.

Projets radicaux

Outre «EasySwissTax», les radicaux ont mis en avant trois projets qui leur tiennent à coeur liés à la conciliation entre vie de famille et vie professionnelle, à la formation des jeunes (Speranza) et à la scolarité (kik.net).

Un film a été projeté retraçant le parcours d'une mère de famille qui travaille. Sa vie serait largement simplifiée si «EasySwissTax» était en vigueur, si des bons de garde étaient distribués, si ses enfants pouvaient être notés selon leurs performances et si les PME étaient moins pénalisées. En résumé, si le programme du PRD était appliqué.

L'assemblée s'est achevée avec la remise du prix des PME par Pascal Couchepin et Hans-Rudolf Merz. Quinze entreprises, dont deux genevoises, ont été récompensées pour leur engagement dans le domaine de la Suisse de la croissance et et de l'équilibre.

(ats)

Ton opinion