Sri Lanka: Le Premier ministre doté du portefeuille des Finances

Publié

Sri LankaLe Premier ministre doté du portefeuille des Finances

Le ministère des Finances sri-lankais a été octroyé au Premier ministre Ranil Wickremesinghe, alors que le pays traverse une grave crise économique.

Ranil Wickremesinghe est le nouveau Premier ministre sri-lankais.

Ranil Wickremesinghe est le nouveau Premier ministre sri-lankais.

AFP/Sri Lanka President’s Office

Le Premier ministre sri-lankais, Ranil Wickremesinghe, s’est vu confier mercredi, le crucial ministère des Finances pour sortir le pays de la pire crise économique de son histoire. Le bureau du président Gotabaya Rajapaksa a annoncé que Ranil Wickremesinghe avait prêté serment en tant que ministre des Finances, soit deux semaines après avoir été invité à former un «gouvernement d’union», à la suite de la démission de son prédécesseur Mahinda Rajapaksa.

La nomination de mercredi met fin à deux semaines de discorde entre les partenaires de la coalition pour ce poste déterminant pour les négociations du Sri Lanka avec le Fonds monétaire international (FMI) en vue d’un éventuel renflouement, selon des sources politiques.

«Le parti du président voulait le portefeuille des Finances, mais le Premier ministre a insisté pour le garder s’il voulait sortir le pays du chaos économique», a déclaré à l’AFP, un responsable politique impliqué dans le processus.

En défaut de paiement

Faute de devises, l’État insulaire en défaut de paiement sur sa dette extérieure de 51 milliards de dollars ne peut plus financer ses importations. Le pays de 22 millions d’habitants subit depuis des mois des pénuries non seulement de carburant, de nourriture et de médicaments et connaît de longues coupures d’électricité quotidiennement et des records d’inflation.

Le nouveau Premier ministre, Ranil Wickremesinghe, entré en fonction le 12 mai, avait exhorté la semaine dernière la population à «supporter patiemment les prochains mois». Ils «seront les plus difficiles de nos vies», avait-il prévenu.

Le chef du gouvernement avait également averti que les prix des carburants et de l’électricité seraient augmentés considérablement. Son prédécesseur, Mahinda Rajapaksa, frère du président du Sri Lanka, Gotabaya Rajapaksa, avait été contraint à la démission le 9 mai, après de sanglants affrontements qui ont fait au moins neuf morts et plus de 200 blessés.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires