Actualisé 30.05.2009 à 09:25

Coûts de la santéLe président d'Helsana veut un meilleur contrôle de l'économicité

La Confédération doit pouvoir contrôler l'économicité du système de santé de manière beaucoup plus détaillée, estime le président de la caisse Helsana et conseiller aux Etats Eugen David (PDC/SG).

Pour ce faire, un institut indépendant doit être créé, selon lui.

La surveillance par la Confédération est trop faiblement dotée, ce qui constitue un problème, a dit Eugen David dans un entretien publié samedi par le «Blick». «Aujourd'hui, de nombreux domaines se trouvent derrière une sorte d'écran de brouillard».

Pour y rémédier, le président de la caisse maladie Helsana propose de créer un institut «qui devrait probablement collaborer avec une université». Il devrait contrôler tous les domaines: hôpitaux, médecins, pharmacies, médicaments, techniques médicales et aussi les caisses maladie.

«Jusqu'aux cas particuliers»

Dans les hôpitaux, par exemple, cet institut devrait examiner «jusqu'aux cas particuliers» l'efficacité et l'économicité ainsi que la nécessité des traitements, selon M. David. Dans le domaine pharmaceutique, il s'agirait de toujours tester la plus-value des nouveaux médicaments. Un tel institut devrait aussi passer à la loupe les marges bénéficiaires générées par les médicaments.

Eugen David est persuadé l'on pourrait ainsi réaliser des économies considérables. Dans le système actuel, au moins 10 % des coûts sont du gaspillage. Sur un marché de 30 milliards de francs pour l'assurance obligatoire, cela représente un potentiel d'économies de 3 milliards, ce qui correspond à 15 % des primes.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!