Constituante genevoise: Le président du PS appelle à la dissolution
Actualisé

Constituante genevoiseLe président du PS appelle à la dissolution

Alors que l'assemblée constituante en est à la moitié de ses travaux, le président du PS René Longet appelle à sa dissolution.

René Longet: «Il faut arrêter l'exercice».

René Longet: «Il faut arrêter l'exercice».

La mission de la constituante est ratée, déclare René Longet dans une interview parue samedi dans la «Tribune de Genève». Il déplore l'absence de dynamique constructive. «Pour définir le vivre ensemble, il faut travailler ensemble», souligne M.Longet. Mais dans cette assemblée, les affrontements de blocs aboutissent à des votes serrés, où la gauche est systématiquement minorisée.

«Le cumul des provocations, la stratégie suicidaire de la droite, provoquera un rejet massif du texte. Il faut arrêter l'exercice», affirme M.Longet. Ces derniers mois, la majorité de droite a fait voler en éclat plusieurs acquis en votant le retrait de l'article sur l'égalité entre hommes et femmes et l'abandon du droit au logement.

La goutte qui fait déborder le vase

Jeudi, c'est la disposition antinucléaire qui a été éliminée à quelques voix près. Ce vote est la goutte qui fait déborder le vase. «On ne peut pas laisser une assemblée imprévisible, qui ne respecte pas le travail de ses propres commissions, continuer à dépenser quatre millions par an jusqu'en 2012», affirme le président du PS.

Pour mettre fin à l'exercice, il propose que le Grand Conseil vote un texte abrogeant l'article créant la Constituante. Le peuple aurait ensuite son mot à dire. La refonte du texte fondamental, qui date de 1846, pourrait alors passer par une simple révision formelle. Le Grand Conseil pourrait sinon s'emparer de cette tâche. En tous les cas, «on a gâché une belle occasion», déplore le président du PS.

(ats)

Ton opinion