Egypte: Le président par intérim fixe un calendrier
Actualisé

EgypteLe président par intérim fixe un calendrier

Adli Mansour a précisé le délai durant lequel des élections législatives seront menées, en Egypte.

Le président égyptien par intérim Adli Mansour a fixé lundi un calendrier d'environ six mois pour la tenue d'élections législatives en Egypte. Il a par ailleurs promis de maintenir la charia, la loi islamique, comme principale source de législation.

Dans un décret, Adli Mansour a déclaré que des élections parlementaires auraient lieu une fois que des amendements à la constitution, actuellement suspendue, auront été soumis à référendum, ce dans un délai de quatre mois et demi.

Ces élections, précise-t-il, devront avoir lieu dans les quinze jours suivant l'approbation de ces amendements par référendum. Quant à la présidentielle, elle devra avoir lieu dans la semaine suivant la réunion du parlement nouvellement élu.

Par ailleurs, il a promis la mise en place d'une commission d'enquête sur la mort de plusieurs dizaines de partisans du président déchu Mohamed Morsi sous les balles de l'armée. Ces événements ont poussé les salafistes du parti Al Nour à annoncer la suspension de leur participation au processus politique.

La constitution égyptienne, adoptée en décembre dernier, a été suspendue la semaine dernière après la destitution du président Mohamed Morsi par l'armée, trois jours après le rassemblement de plusieurs millions d'opposants au chef de l'Etat islamiste.

Charia maintenue

Dans un geste d'apaisement à l'intention des islamistes, Adli Mansour a précisé que le nouveau pouvoir ne remettrait pas en question l'article 2, qui stipule depuis des décennies que la charia (loi islamique) est la principale source de législation, et dont certains laïcs réclament l'abrogation.

Les Frères musulmans, qui avaient appelé au «soulèvement» après les violences de la matinée, ont baissé le ton d'un cran leur rhétorique guerrière dans la journée. Ils ont néanmoins appelé à de grandes manifestations ce mardi.

Par ailleurs, l'ancien ministre des Finances Samir Radouane apparaît comme le favori pour devenir Premier ministre par intérim, a-t-on appris de sources politiques haut placées. Il a cependant dit ne pas avoir été encore approché.

Ban Ki-moon «troublé»

De son côté, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a «condamné» les violences en Egypte et demandé une enquête impartiale, a indiqué son porte-parole Martin Nesirky.

M. Ban demande instamment aux Egyptiens de «travailler à forger un consensus» qui puisse inclure «tous les partis et toutes les communautés». «Les Nations unies sont prêtes à aider si nécessaire» à ce processus, conclut le communiqué. (ats)

Ton opinion