Jeux paralympiques: Le président sud-coréen déclare les jeux ouverts
Actualisé

Jeux paralympiquesLe président sud-coréen déclare les jeux ouverts

Deux skieurs nord-coréens ont défilé sous leur propre drapeau, faisant d'eux les deux premiers sportifs du Nord à participer à des Jeux Paralympiques d'hiver.

1 / 26
Après la descente samedi et le super-G dimanche, le skieur de Nendaz a remporté mercredi le géant des Jeux paralympiques.(Mercredi 14 mars 2018)

Après la descente samedi et le super-G dimanche, le skieur de Nendaz a remporté mercredi le géant des Jeux paralympiques.(Mercredi 14 mars 2018)

Keystone
Théo Gmür reçoit sa médaille d'or de la descente (Samedi 10 mars 2018).

Théo Gmür reçoit sa médaille d'or de la descente (Samedi 10 mars 2018).

Keystone
La joie du Valaisan Théo Gmür après sa médaille d'or en descente (Samedi 10 mars 2018).

La joie du Valaisan Théo Gmür après sa médaille d'or en descente (Samedi 10 mars 2018).

kein Anbieter

Le président sud-coréen Moon Jae-in a déclaré ouverts vendredi soir les Jeux Paralympiques moins de deux semaines après la clôture des JO-2018 lors d'une spectaculaire cérémonie dans un contexte de rapprochement diplomatique entre les deux Corées.

Après des spectacles culturels et de danse puis un défilé des athlètes, Moon a officiellement ouvert les plus grands Jeux Paralympiques de l'histoire.

Près de 670 athlètes en lice

Deux skieurs nord-coréens ont pris part à la parade sous leur propre drapeau, faisant d'eux les deux premiers sportifs du Nord à participer à des Jeux Paralympiques d'hiver. Leur présence est le dernier signe d'un intense rapprochement entre le Nord et le Sud qui a commencé en février aux JO d'hiver.

Jusqu'au 18 mars, près de 670 sportifs handicapés batailleront pour tenter de décrocher les 80 médailles d'or mises en jeu dans 6 disciplines: ski alpin, snowboard, ski de fond, biathlon, hockey sur glace et curling.

Le dégel entre Corée du Sud et Corée du Nord a provoqué de nombreuses intitiatives dont la dernière est l'annonce jeudi du président américain Donald Trump qui a accepté d'organiser une réunion historique avec le dirigeant du Nord Kim Jong Un. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion