Dopage russe: Le président Thomas Bach défend le CIO
Actualisé

Dopage russeLe président Thomas Bach défend le CIO

Thomas Bach a rejeté toute responsabilité du CIO face à l'incertitude planant sur le nombre de sportifs russes à Rio.

1 / 92
Treize sportifs russes et deux entraîneurs accusés de dopage puis blanchis sont désormais éligibles pour les jeux Olympiques 2018 de Pyeongchang, a annoncé le CIO. (Samedi 3 février 2018)

Treize sportifs russes et deux entraîneurs accusés de dopage puis blanchis sont désormais éligibles pour les jeux Olympiques 2018 de Pyeongchang, a annoncé le CIO. (Samedi 3 février 2018)

AFP
Le président russe Vladimir Poutine a demandé mercredi aux sportifs russes de lui «pardonner» pour n'avoir pas su les «protéger» des retombées du scandale du dopage. (Mercredi 31 janvier 2018)

Le président russe Vladimir Poutine a demandé mercredi aux sportifs russes de lui «pardonner» pour n'avoir pas su les «protéger» des retombées du scandale du dopage. (Mercredi 31 janvier 2018)

AFP
Dans une interview, l'ancien haut responsable de l'antidopage accuse Vladimir Poutine d'avoir joué un rôle crucial dans l'organisation du dopage des sportifs russes aux Jeux olympiques. (29 janvier 2018)

Dans une interview, l'ancien haut responsable de l'antidopage accuse Vladimir Poutine d'avoir joué un rôle crucial dans l'organisation du dopage des sportifs russes aux Jeux olympiques. (29 janvier 2018)

AFP

A cinq jours de la cérémonie d'ouverture, le président Thomas Bach a rejeté dimanche 31 juillet toute responsabilité du CIO face à l'incertitude planant sur le nombre exact de sportifs russes qui prendront part aux Jeux olympiques de Rio.

Thomas Bach, accusé d'un manque de fermeté face à la Russie et à son dopage qualifié d'Etat par le rapport McLaren, a d'abord expliqué dimanche en conférence de presse que son organisation «n'est pas responsable du timing de la publication (ndlr: le 18 juillet) du rapport McLaren».

Sur la base de ce rapport, le CIO a demandé le 24 juillet aux fédérations internationales d'exclure des sportifs russes dopés ou présumés dopés. Mais à cinq jours de la cérémonie d'ouverture, l'incertitude règne encore sur le nombre exact de Russes qui seront admis à concourir.

La liste s'est réduite

Car les fédérations internationales ont bien arrêté leur liste des sportifs russes autorisés à s'aligner. Mais le CIO a finalement confié samedi soir à trois de ses membres le soin d'établir la liste définitive de la délégation russe, avec la possibilité d'écarter de nouveaux noms. Et ce après avoir sollicité l'avis d'un expert du Tribunal arbitral du sport (TAS) !

Alors que la délégation russe devait initialement compter 387 sportifs, elle s'est notablement réduite. Le ministre des Sports russe Vitaly Moutko a affirmé vendredi que son pays serait représenté par 266 athlètes, dans 29 disciplines.

Selon le dernier recensement de l'AFP, 117 sportifs russes avaient été identifiés comme officiellement exclus des Jeux de Rio.

La confusion règne

«Le CIO n'est pas responsable du fait que différentes informations qui ont été offertes à l'Agence mondiale antidopage (AMA) il y a quelques années n'ont pas été suivies d'effets», a expliqué Thomas Bach.

Le CIO n'est pas non plus «responsable de l'accréditation ou de la supervision des laboratoires antidopage. Donc le CIO ne peut être tenu responsable ni du timing ni des raisons des incidents auxquels nous devons faire face à seulement quelques jours des Jeux», a-t-il ajouté, précisant qu'il n'avait parlé «à aucun responsable gouvernemental russe» avant ou après la publication du rapport McLaren.

«La confusion règne et tout cela c'est un peu la faute de l'AMA», a expliqué à l'AFP un membre éminent d'une fédération, sous couvert d'anonymat. «Comment peut-on publier le rapport McLaren à seulement quelques jours des Jeux ? Cela place les fédérations dans une situation très difficile».

Scandale depuis l'automne 2015

«Le CIO a déjà démontré énormément de fermeté», répond le Serbe Nenad Lalovic, président de la Fédération internationale de lutte et membre du CIO, interrogé par l'AFP. «Pour que le CIO prenne une décision plus sévère, il faut des arguments non discutables».

Le scandale a éclaté à l'automne 2015 avec la mise à jour d'un dopage organisé dans l'athlétisme, dont tous les représentants, parmi lesquels la double championne olympique de saut à la perche Yelena Isinbayeva ou le champion du monde du 110 m haies Sergey Shubenkov, ont été recalés par leur Fédération internationale (IAAF).

Seule Darya Klishina (longueur), qui s'entraîne aux Etats-Unis, a été déclarée éligible car elle répond aux critères édictés par l'IAAF en matière de lutte contre le dopage.

8 haltérophiles russes écartés

D'autres Fédérations internationales ont également frappé fort ces derniers jours. Les 8 haltérophiles russes ainsi que 22 des 28 rameurs (aviron) ont ainsi été écartés à la suite des conclusions du rapport McLaren.

Les décisions des fédérations internationales de boxe, de gymnastique, de golf et de taekwondo n'étaient en revanche toujours pas connues dimanche.

Si le sort des sportifs russes est encore soumis à la décision des trois membres du CIO qui doit être prise avant vendredi, l'écheveau est d'autant plus difficile à démêler que certains athlètes écartés des JO ont choisi de porter individuellement leur cas devant le TAS.

Une voie que Vladimir Morozov et Nikita Lobintsev, deux des sept nageurs russes rejetés, ont empruntée les premiers.

Manifestation au Brésil

Tous deux médaillés de bronze à Londres en 2012, ils ont déposé un appel contre la décision de la Commission exécutive du CIO du 24 juillet et contre la décision de la Fédération internationale de natation (Fina) de ne pas valider leur inscription aux JO.

Les deux nageurs ont été entendus dimanche à Rio lors d'une audience unique, car «les faits et arguments juridiques sont similaires», a indiqué à l'AFP Matthieu Reeb, secrétaire général du TAS. L'audience se poursuivra lundi, a précisé M. Reeb, selon qui aucune décision ne devrait être rendue avant lundi après-midi.

Deux autres sportifs russes, la nageuse Youlia Efimova et le lutteur Viktor Lebedev, ont fait appel dimanche devant le TAS, a-t-on appris auprès du TAS, précisant que l'audience concernant la nageuse avait été fixée à lundi après-midi.

Par ailleurs, des milliers de personnes ont manifesté dimanche dans plusieurs villes du Brésil, dont 4'000 à Rio, pour réclamer le départ définitif de la présidente Dilma Rousseff, visée par une procédure de destitution qui pourrait aboutir en septembre. Des groupes plus petits lui ont apporté par endroit leur soutien. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion