Actualisé 04.07.2020 à 18:45

Pologne

Le président veut s’assurer que les homos ne pourront pas adopter

En campagne de l’entre-deux tours pour sa réélection à la tête du pays, Andrzej Duda a annoncé vouloir changer la Constitution et y inscrire noir sur blanc l’interdiction faite aux couples homosexuels d’adopter.

Le président polonais sortant est arrivé en tête du premier tour des présidentielles. Son adversaire au second tour, Rafal Trzaskowski, est plus ouvert à la cause homosexuelle mais il a aussi admis qu’il était contre l’adoption d’enfants par des couples homosexuels.

Le président polonais sortant est arrivé en tête du premier tour des présidentielles. Son adversaire au second tour, Rafal Trzaskowski, est plus ouvert à la cause homosexuelle mais il a aussi admis qu’il était contre l’adoption d’enfants par des couples homosexuels.

Getty Images

Le président polonais sortant, Andrzej Duda, candidat à sa réélection, a affirmé samedi vouloir inscrire dans la Constitution l'interdiction d'adopter pour les couples homosexuels. «Il devrait y être dit explicitement qu'il est interdit d'adopter à toute personne se trouvant dans une relation homosexuelle», a-t-il déclaré lors d'un meeting électoral à Szczawno-Zdroj, dans le sud du pays. «Pour assurer la sécurité d'un enfant et une éducation correcte, et afin que l'Etat polonais sauvegarde les droits des enfants (...), je crois qu'une telle disposition devrait exister», a-t-il ajouté.

Andrzej Duda, membre du parti au pouvoir Droit et Justice (PiS, conservateur et nationaliste), a annoncé qu'il signerait dès lundi un projet présidentiel d'amendement à la Constitution et qu'il le présenterait au parlement.

Bien placé pour être réélu

Le président, qui est arrivé dimanche dernier en tête du premier tour de l'élection présidentielle, affrontera le candidat libéral, le maire de Varsovie Rafal Trzaskowski, lors du second tour le 12 juillet.

Pendant la campagne, Andrzej Duda n'a cessé d'attiser la controverse en appuyant les attaques du PiS contre les droits des homosexuels et les valeurs occidentales. Il a comparé «l'idéologie LGBT» à une nouvelle forme de communisme.

Rafal Trzaskowski, lui, défend les droits des homosexuels et s'est dit ouvert à l'idée de partenariats civils de même sexe, même s'il a déclaré samedi à des journalistes qu'il était également «contre des adoptions par des couples homosexuels». «Je crois que c'est la position de la plupart des partis politiques (...). Sur ce sujet en particulier, je suis d'accord avec le président», a-t-il ajouté.

Seulement 9% des Polonais sont favorables au droit d'adopter pour les couples homosexuels, selon un sondage de 2019 réalisé par l'institut CBOS, tandis que 29% sont favorables au mariage homosexuel.

(AFP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!