Actualisé 20.09.2008 à 23:41

PakistanLe président Zardari veut «éliminer le cancer du terrorisme»

Le nouveau président du Pakistan Asif Ali Zardari a promis dans la nuit de samedi à dimanche d'éliminer le «cancer» qu'est le terrorisme, quelques heures après un attentat suicide dévastateur qui a tué 60 personnes dans un grand hôtel d'Islamabad, selon un bilan encore très provisoire.

Cet attentat suicide est le énième d'une vague sans précédent, perpétrée par les islamistes proches d'Al-Qaïda, et qui a fait près de 1.300 morts en un peu plus d'un an dans tout le pays.«Le terrorisme est un cancer au Pakistan, nous sommes déterminés, si Dieu le veut, à débarrasser le pays de ce cancer», a-t-il déclaré dans un discours à la nation, retransmis à la télévision.«Ces lâches ne nous feront pas renoncer, les Pakistanais sont un peuple brave et sans peur, ils ne sont pas effrayés par la mort», a poursuivi le veuf de l'ancien Premier ministre Benazir Bhutto, alors leader de l'opposition, assassinée le 27 décembre dans un attentat suicide qui a tué 22 autres personnes dans la banlieue d'Islamabad, en pleine campagne électorale.«Le gouvernement continuera de combattre le terrorisme et l'extrémisme sous toutes ses formes et ses manifestations et de tels actes ignobles ne peuvent entamer la détermination du gouvernement à lutter contre cette menace», avait-il assuré dans un communiqué quelques heures après l'attentat.L'attaque suicide au camion piégé a tué au moins 60 personnes samedi soir à l'hôtel Marriott, mais le bilan est loin d'être définitif, de nombreuses victimes ayant été piégées dans l'établissement qui a presque entièrement brûlé.Le parti de Mme Bhutto a largement remporté les législatives de février et M. Zardari, qui lui avait succédé à la tête du mouvement après sa mort, a été élu président du Pakistan le 6 septembre par le Parlement et les assemblées provinciales.Depuis, il a réaffirmé la position du Pakistan en tant qu'allié-clé des Etats-Unis dans la «guerre contre le terrorisme» depuis fin 2001 et l'armée est engagée depuis début août dans une vaste offensive dans les zones tribales du nord-ouest, frontalières avec l'Afghanistan, et où Washington estime qu'Al-Qaïda et les talibans afghans ont reconstitué leurs forces.Les troupes américaines engagées dans la guerre contre les talibans en Afghanistan ont d'ailleurs multiplié ces derniers temps les tirs de missiles visant Al-Qaïda dans les zones tribales, au grand dam d'Islamabad qui assure que ces attaques n'épargnent pas de nombreux civils.Il y a un an, Oussama Ben Laden lui-même, et le numéro 2 d'Al-Qaïda Ayman Al-Zawahiri, ont décrété le jihad au pouvoir au Pakistan, qu'ils considèrent comme le «chien de Bush». (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!