Actualisé 21.05.2012 à 09:50

Attentat de Brindisi Le présumé tueur visible dans une vidéo

Le quotidien italien «La Stampa» a diffusé dimanche le portrait de l'auteur de l'attentat survenu samedi devant un lycée de Brindisi.

de
atk

Les enquêteurs ont trouvé, sur une vidéo prise par des caméras de surveillance, le présumé auteur de l'attentat survenu samedi.

La séquence, tournée par des caméras à côté du lycée Morvillo-Falcone, à Brindisi, montre les moments précédant l'attaque. Mais les images ne permettent malheureusement pas de reconnaître l'homme, qui n'a donc pas encore pu être identifié.

La police a tiré des photos à partir des vidéos. On peut y voir un homme, âgé de 50-55 ans, appuyer sur le bouton d'une télécommande puis repartir. Le quotidien italien «La Stampa», qui diffuse les clichés, a flouté le visage de l'homme, «pour ne pas compromettre l'enquête en cours».

Le procureur a dit privilégier l'hypothèse d'un «acte isolé» de quelqu'un «en guerre avec le reste du monde», mais pour le chef de la division antimafia et antiterroriste départementale, Cataldo Motta, «rien ne nous amène de façon certaine» sur cette piste.

Reprise des cours

Les élèves ont retrouvé leurs bancs de classe au lycée Morvillo Falcone, où des camarades ont placé un ours en peluche à la place vide laissée par Melissa Bassi, 16 ans, tuée presque sur le coup par l'explosion d'une bombe formée de bonbonnes de gaz, samedi peu avant le début des cours.

«Ciao Melissa, tu resteras toujours dans le souvenir de ceux qui t'ont aimée. Ciao petit ange qui sourit dans le ciel», ont-ils écrit sur un billet accompagné d'un bouquet de fleurs.

Cinq autres lycéennes, grièvement blessées dans l'attentat, manquaient à l'appel. Parents et voisins continuaient lundi de déposer couronnes de fleurs et messages en souvenir de Melissa.

Le proviseur, Angelo Rampino, s'est félicité que les élèves aient répondu massivement présent dans ce lycée professionnel qui forme surtout aux métiers de la mode.

«Les jeunes ont réagi et sont revenus en classe. C'est la nouvelle la plus importante. Les enfants pleuraient, mais ils ont trouvé la force de revenir», a-t-il constaté.

Avec l'aide de psychologues, le lycée a mis au point un programme spécial pour les prochains jours. Les élèves se sont ensuite rendus dans un autre établissement proche pour une conférence sur la lutte contre la violence et la criminalité.

(atk/ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!