Genève: «Le prévenu a éclaté un piéton à 160 km/h!»
Actualisé

Genève«Le prévenu a éclaté un piéton à 160 km/h!»

Le rodéo mortel des Charmilles est jugé. Les conducteurs nient s'être livrés à une course.

par
Jérôme Faas
Après avoir tué un piéton, la BMW, au fond à droite, avait embouti la voiture au premier plan.

Après avoir tué un piéton, la BMW, au fond à droite, avait embouti la voiture au premier plan.

Olivier Vogelsang / TG

Rebelote. Un procureur du bout du lac tente à nouveau de faire condamner deux chauffards pour meurtre, soit au moins 5 ans de prison. Jamais le Ministère public genevois n'a obtenu plus que l'homicide par négligence. Le rodéo de la rue de Lyon est cette fois au menu du tribunal. Le 13 novembre 2013, D. y a «éclaté un piéton à 160 km/h» au volant d'une BMW trafiquée, a décrit Me Assaël, avocat de l'ami miraculé du défunt. L'acte d'accusation retient que le conducteur faisait la course avec S., au volant d'une Subaru.

Les deux prévenus pleurent, regrettent, disent vouloir être punis, mais rejettent toute idée de rodéo. Quitte à revenir sur leurs premières déclarations à la police. D. avait plusieurs fois parlé de «provocations» de la Subaru. Il s'est rétracté. Pourquoi avoir accéléré? «Parce que j'ai été bête. J'avais envie. C'était moi et la voiture. Ça n'avait rien à voir avec la Subaru.» Même discours de S. Il a accéléré pour lui, sans savoir où était la BMW. Quand il s'est fait dépasser, flairant le danger, il a fait demi-tour, dit-il. Il n'a jamais vu les corps, a appris le décès une fois chez lui. Le procureur explose. «Votre voiture a de la chair humaine dans le sillon des pneus! Vous nous mentez!» Le passager de la Subaru, poursuivi pour omission de prêter secours, joue la même partition. «Je ne sais pas, j'étais sur mon portable, je ne faisais pas attention à la route», répète-t-il comme un robot. Le procureur tentera de démontrer mercredi que les pilotes s'étaient accommodés de l'issue fatale de leur chevauchée.

Conducteurs très jeunes

Le drame du 13 novembre 2013, achevé vers 22h30 à la rue de Lyon, a débuté vers la gare. Une BMW et une Subaru tunées s'y croisent. A leur volant, deux jeunes d'alors 23 et 19 ans, sans formation, qui ne se connaissent pas. Ils «s'allument». La Subaru évolue entre 112 et 128 km/h sur la rue de Lyon, limitée à 50 km/h. La BMW roule entre 142 et 164 km/h. Elle percute un piéton sur un passage clouté, le désagrégeant. Son ami est très grièvement blessé. La Subaru prend la fuite.

Ton opinion