Actualisé 11.09.2008 à 15:05

DérapageLe prince du Liechtenstein traite l'Allemagne de «4e Reich»

Le prince du Liechtenstein Hans-Adam II a attaqué l'Allemagne dans une lettre au Musée juif de Berlin.

La Principauté a déjà survécu à trois empires allemands et espère survivre au quatrième, selon ses mots, qui ont déclenché une polémique.

Hans-Adam II justifie le refus du Liechtenstein de prêter des oeuvres en sa possession en Allemagne, dans une lettre au Musée juif de Berlin. Elle a été publiée jeudi dans le «Tages-Anzeiger». La Principauté ne souhaite pas soumettre ses oeuvres d'art à une application sélective de l'Etat de droit telle qu'exercée en Allemagne, écrit le prince.

Le Liechtenstein est toujours en guerre avec le «3e Reich» car celui-ci s'est effondré avant de pouvoir signer la paix avec la Principauté, souligne le prince. Et «Dieu merci», le «3e Reich» a été vaincu avant d'avoir pu annexer le Liechtenstein.

Cette lettre s'inscrit dans un contexte d'animosité entre les deux pays. En 2002, un ancien collaborateur de la banque liechtensteinoise LGT avait volé des données de clients allemands pour les transmettre aux autorités fiscales et aux services secrets allemands, provoquant ainsi l'ouverture de procédures pour fraude fiscale.

Crimes minimisés

«Lorsque l'on qualifie la République fédérale d'Allemagne de '4e Reich', on minimise les crimes national-socialistes de manière irresponsable», a réagi la porte-parole du Musée juif de Berlin Eva Söderman. Le musée s'est joint à la prise de position émise par le Conseil central des Juifs en Allemagne.

Le prince n'a «en aucun cas eu l'intention de minimiser les horribles événements du 3e Reich», a réagi à son tour la Maison princière. Dans sa lettre, Hans-Adam II fait référence, à plusieurs reprises, au «difficile thème des spoliations» durant la Deuxième Guerre mondiale.

Des questions relatives à cette époque restent ouvertes. Des diplomates allemands et liechtensteinois travaillent d'ailleurs à leur résolution, selon la Maison princière. En faisant le voeu que «le 3e Reich ne se répète jamais plus», le Prince Hans-Adam II faisait référence au futur et non à la situation actuelle de l'Allemagne, est-il précisé.

«Mêmes méthodes que le 3e Reich»

Le président des Amis liechtensteinois de Yad Vashem estime au contraire que le terme de «4e Reich» n'est pas usurpé. Selon Markus Büchel, l'Allemagne, dans le différend fiscal qui l'oppose au Liechtenstein, a utilisé les mêmes méthodes que le 3e Reich, a-t-il indiqué à l'ATS.

M. Büchel se référait au scandale de la banque LGT et l'action des services secrets allemands. Selon le président de l'association des Amis de Yad Vashem à Vaduz, la Gestapo, la police secrète des nazis, entretenait un réseau d'informateurs au Liechtenstein.

«Bon voisinage»

A Berlin, le Ministère des affaires étrangères n'a pas souhaité commenter la lettre reçue par le Musée juif. Selon le Ministère, l'Allemagne respecte le droit international concernant les procédures de fraude fiscale menées au Liechtenstein. Il a en outre qualifié les relations avec la Principauté d'»étroites et de bon voisinage».

Aucun commentaire également de la part de la Fédération suisse des communautés israélites. Il s'agit d'une affaire entre le Liechtenstein et l'Allemagne, a indiqué son président Herbert Winter.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!