Actualisé 26.04.2019 à 04:50

Nouvelle-Zélande

Le prince William en visite à Christchurch

A Christchurch, le prince William a rendu hommage vendredi à la réaction des Néo-Zélandais après le carnage des mosquées.

1 / 62
L'Australien accusé d'avoir tué 51 personnes l'année dernière dans deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a plaidé coupable pour tous les chefs d'accusation. (Jeudi 26 mars 2020)

L'Australien accusé d'avoir tué 51 personnes l'année dernière dans deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a plaidé coupable pour tous les chefs d'accusation. (Jeudi 26 mars 2020)

AFP
La police néo-zélandaise enquête pour retrouver l'auteur de menaces formulées cette semaine contre une des mosquées de Christchurch. (Mardi 3 mars 2020)

La police néo-zélandaise enquête pour retrouver l'auteur de menaces formulées cette semaine contre une des mosquées de Christchurch. (Mardi 3 mars 2020)

Keystone
Un programme de rachat d'armes à feu lancé en Nouvelle-Zélande après l'attaque contre deux mosquées de Christchurch en mars s'est achevé. (Vendredi 20 décembre 2019)

Un programme de rachat d'armes à feu lancé en Nouvelle-Zélande après l'attaque contre deux mosquées de Christchurch en mars s'est achevé. (Vendredi 20 décembre 2019)

AFP

Le prince William a rencontré vendredi à Christchurch des survivants du carnage commis le 15 mars dans des mosquées de la ville, et rendu hommage à la réaction «remarquable» des Néo-Zélandais après cette tragédie.

Environ 160 personnes étaient rassemblées à la mosquée al-Nour pour la venue du petit-fils de la reine Elizabeth II, laquelle est officiellement la cheffe de l'Etat néo-zélandais. Six semaines après la mort de 50 fidèles musulmans tués par un suprémaciste blanc australien, le prince William a dit être aux côtés des Néo-Zélandais, des habitants de Christchurch et des musulmans.

Cet «acte de violence était destiné à changer la Nouvelle-Zélande mais vous avez montré dans le deuil de la Nation la profondeur de votre empathie, de votre compassion, de votre chaleur et de votre amour», a-t-il dit en arrivant à la mosquée après avoir rencontré les médecins et infirmiers qui s'étaient occupés des blessés le jour du carnage.

«Vous êtes restés debout, ensemble»

«Dans un moment de vive douleur, vous êtes restés debout, ensemble. Vous avez montré quelque chose de remarquable en réaction à la tragédie», a-t-il relevé. «Je veux vous dire ma gratitude pour ce que vous avez enseigné au monde ces dernières semaines. Je partage votre optimisme, (...) votre deuil». «Puissent les forces de l'amour toujours prévaloir sur les forces de la haine (...) Il faut combattre l'extrémisme sous toutes ses formes», a-t-il ajouté.

Un impressionnant dispositif de sécurité était en place, avec des hélicoptères survolant le quartier. Le prince avait été accueilli à la mosquée par l'imam Gamel Fouda, la Première ministre Jacinda Ardern et Farid Ahmed, un rescapé dont l'épouse a été abattue le 15 mars.

Cet homme en fauteuil roulant avait ému le monde entier, en préconisant au nom de sa religion l'amour et la pitié. «Je choisis la paix et j'ai pardonné», avait-il déclaré devant des dizaines de milliers de personnes à Christchurch lors d'une cérémonie du souvenir. «Nous devons entretenir l'espérance et ne pas nous abandonner à la haine», a-t-il dit au prince.

Le prince William, qui s'était déjà rendu à Christchurch dans la foulée du séisme qui avait fait 185 morts en 2011, achèvera vendredi sa brève visite en déposant une gerbe au mémorial érigé après ce tremblement de terre. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!