Actualisé 19.01.2010 à 08:22

Australie

Le Prince William prend un bain de foule à Sydney

Le prince William est arrivé mardi en Australie où il a été gratifié d'un accueil enthousiaste lors de sa visite d'un quartier aborigène défavorisé de Sydney.

Quelque 2000 personnes se sont rassemblées dans le quartier de Redfern, pour célébrer la venue du prince de 27 ans qui entamait un séjour informel de trois jours dans le pays.

Des chefs coutumiers aborigènes portant de longs vêtements rouges et arborant qui un boomerang, qui un didgeridoo (long instrument musical) ou une peau d'opossum, ont souhaité la bienvenue au prince gratifié d'une traditionnelle «cérémonie de la fumée».

«On est sur un petit nuage qu'il soit venu dans ce coin de la ville pour passer du temps avec nous», a déclaré Lewis Kelly, d'origine aborigène, population autochtone d'Australie largement marginalisée. «J'ai été surpris quand j'ai appris qu'il venait ici pour voir le peuple indigène, les vrais Australiens», dit-il.

La foule, d'où émergeaient des portraits de Lady Diana, a applaudi au passage du prince. Virginia Hickey, membre de la famille d'un adolescent de 17 ans dont la mort, en 2004 lors d'une course-poursuite avec la police, avait déclenché des émeutes raciales, s'est déclarée émue que William ait choisi ce quartier.

«Nous mélangeons les cultures, on se mélange entre Noirs et Blancs. Je suis heureuse qu'il soit venu à Redfern, c'est très important parce que l'on peut se parler entre peuples», a-t-elle déclaré à l'AFP. Le prince William est arrivé en Australie après une halte en Nouvelle-Zélande où il effectuait sa première visite officielle au nom de sa grand-mère, la reine Elizabeth II.

A sa descente d'avion, un appareil de la Royal New Zealand Air Force, il s'est entretenu avec le gouverneur général, Quentin Bryce, qui représente la reine et fait office de chef d'Etat de l'Australie, une monarchie constitutionnelle.

Le ministre australien des Affaires étrangères, Stephen Smith, a assuré que les Australiens réserveraient un accueil chaleureux au jeune prince qui n'était jamais revenu en Australie depuis 1983. Il avait à l'époque 9 mois et était accompagné de ses parents, le prince Charles et la princesse Diana.

La décision d'envoyer William plutôt que son père en Nouvelle-Zélande a incité la presse britannique à suggérer qu'il pourrait le supplanter dans l'ordre de succession au trône. Mais cette hypothèse a été démentie par une porte-parole de Clarence House, la résidence du prince Charles et de ses fils. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!