Affaire Maddie - Le principal suspect sort de son silence
Publié

Affaire MaddieLe principal suspect sort de son silence

Dans une lettre adressée à la presse allemande, Christian B. réclame la démission des procureurs et se dit persécuté.

L’Allemand de 44 ans nie toujours toute implication dans la disparition de la fillette en mai 2007 au Portugal.

L’Allemand de 44 ans nie toujours toute implication dans la disparition de la fillette en mai 2007 au Portugal.

Capture d’écran Twitter

Quatorze ans après la disparition de la petite Madeleine McCann, le mystère reste entier. L’affaire a cependant connu un coup d’accélérateur inespéré en juin 2020, quand le parquet de Brunswick (nord de l’Allemagne) a indiqué détenir des «preuves ou des faits concrets» indiquant que la fillette était morte. Des «preuves médico-légales», comme des restes du corps de l’enfant, manquent par contre toujours à l’appel. Fin juillet, la police allemande avait effectué des fouilles dans un jardin près de Hanovre, sans préciser si elle y avait trouvé quelque chose.

Cette avancée significative a également vu émerger le nom de Christian B. comme principal suspect. Cet Allemand de 44 ans avait été condamné en décembre 2019 à sept ans de prison pour le viol d’une Américaine de 72 ans en 2005 au Portugal, dans le village de Praia da Luz où Maddie avait disparu en mai 2007. En novembre dernier, la justice allemande avait confirmé cette peine de prison, au grand soulagement des enquêteurs, qui peuvent ainsi poursuivre leur enquête sur la disparition de la fillette.

«C’est un scandale incroyable»

Depuis sa prison, Christian B. est sorti de son silence. Dans une lettre rédigée le 8 mai et publiée lundi par la presse allemande, le suspect dénonce une enquête «scandaleuse». Il estime que les procureurs «devraient démissionner» parce qu’ils «persécutent une personne innocente». «Inculper un accusé est une chose. Mais ce qui est complètement différent, c’est lorsqu’un procureur lance une campagne publique de préjugés avant l’ouverture d’une affaire judiciaire. C’est un scandale incroyable», a écrit le détenu.

L’homme a accompagné sa lettre d’un dessin satirique montrant deux procureurs en train de commander de la nourriture dans un restaurant. L’un annonce qu’il souhaite un «filet de médecine légale», et l’autre répond «Miam, moi aussi.» Une référence au fait que la justice manque de preuve médico-légale contre lui. L’Allemand estime par ailleurs que la «liberté d’expression n’est pas un droit fondamental pour que chacun puisse dire et écrire ce qu’il veut. La liberté d’expression ne protège pas la majorité.»

Christian B. demande ensuite la «démission des procureurs de Brunswick Wolters et Lindemann», parce qu’ils «ne conviennent pas à un poste d’avocat pour le peuple allemand honnête et confiant» et qu’ils font «honte à la justice du pays». Le quadragénaire a toujours nié son implication dans la disparition de Maddie McCann et refuse de parler aux enquêteurs ou aux procureurs. Comme l’ont souligné ses parents 14 ans jour pour jour après le drame, Madeleine aurait fêté ses 18 ans cette année.

(joc)

Ton opinion