BCE: Le principal taux directeur inchangé
Actualisé

BCELe principal taux directeur inchangé

L'institution monétaire européenne a annoncé jeudi maintenir son taux directeur à 0,05%.

Le siège de la Banque centrale européenne, à Francfort.

Le siège de la Banque centrale européenne, à Francfort.

La Banque centrale européenne (BCE) a sans surprise laissé inchangé jeudi son principal taux directeur à 0,05%, son plus bas niveau historique, auquel il avait été amené en septembre 2014, a annoncé un porte-parole. L'institution monétaire, qui tenait sa réunion de politique monétaire cette fois-ci à Malte, n'a pas non plus touché à son taux de prêt marginal, abaissé à 0,3% l'an dernier, ni à son taux de dépôt, porté en territoire négatif en juin 2014 et qui stationne désormais à -0,2%.

Les analystes n'attendaient dans l'ensemble guère de mouvement sur ce terrain, même si des spéculations ont resurgi tout récemment concernant un possible nouvel abaissement de ces taux.

«Le président de la BCE Mario Draghi avait clairement affirmé en septembre 2014 que le plancher de ces taux avait été atteint et que de nouveaux ajustements techniques n'étaient plus possibles. Si nous prenons M. Draghi au mot, les attentes d'un nouvel abaissement de taux n'ont pas grand sens», soulignaient dans une note les analystes de la banque ING.

Réexamen de la politique monétaire en décembre

La Banque centrale européenne (BCE) va «réexaminer» sa politique monétaire lors de sa prochaine réunion du conseil des gouverneurs, prévue en décembre, a annoncé jeudi son président Mario Draghi. Pour l'heure, elle laisse les modalités de son programme de rachat d'actifs inchangées.

«Le degré d'assouplissement de la politique monétaire devra être réexaminé lors de notre réunion de décembre», a déclaré M. Draghi. Pour l'instant, la BCE soutient l'économie de la zone euro avec des taux d'intérêt très bas, des prêts aux banques et un vaste programme d'achats de dettes publiques et privées, au rythme de 60 milliards d'euros (65,1 milliards de francs) par mois jusqu'à au moins septembre 2016.

Mario Draghi a précisé que le Conseil des gouverneurs avait débattu jeudi de la possibilité d'une baisse du taux de facilité de dépôt, l'un des principaux taux d'intérêt de la BCE.

Il a expliqué que la baisse des cours des matières premières et les inquiétudes concernant les marchés émergents maintenaient des pressions à la baisse sur l'inflation en zone euro.

Le renchérissement «va rester très faible à court terme», a expliqué Mario Draghi. Les prix ont baissé sur un mois en septembre dans le bloc monétaire.

A plus long terme, il y a également «des risques qui pourraient encore ralentir l'accélération graduelle du taux d'inflation vers un niveau proche de 2%», visé par la BCE. M. Draghi a notamment mentionné une possible nouvelle dégradation des prix du pétrole et l'appréciation de l'euro face au dollar parmi ces risques. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion