Suisse: Le prix de la bière en chute libre
Actualisé

SuisseLe prix de la bière en chute libre

Grâce au franc fort, la bière importée pourrait bientôt coûter moins cher que l'eau minérale. De quoi réjouir les amateurs de mousse.

par
C. Landolt/I. Strassheim/ofu

Bonne nouvelle pour tous les amateurs de bière! De nombreux magasins suisses ont baissé le prix de leurs produits importés à cause du franc fort. «Grâce à la chute de l'euro, il est possible de trouver des canettes de 5 décilitres pour moins de 50 centimes», affirme Simon Gfeller, chef de la section marketing auprès de Landi Suisse AG.

Un petit tour dans les rayons d'Aldi ou de Denner confirme cet état de fait. Les deux distributeurs proposent les mousses de la marque Karlskrone et Gralsburg à 45 centimes les 5 décilitres. «C'est un prix très attrayant. Avant elles étaient à 55 centimes», explique une porte-parole de Denner qui ajoute néanmoins que la chaîne de magasins ne prévoit pas de baisser davantage le prix de ces boissons.

De son côté, Coop refuse de passer en dessous de la limite des 50 centimes pour 5 décilitres. Actuellement, la canette de Löwenbräu coûte 80 centimes. «Nous avons déjà baissé les prix des bières en janvier. Nous ignorons encore si nous allons procéder à d'autres baisses de prix dans un futur proche», note le porte-parole Urs Meier.

Une baisse «relativement importante»

Un connaisseur de la branche, qui souhaite rester anonyme, a expliqué à nos collègues alémaniques de «20 Minuten» que si des magasins refusaient de baisser les prix en dessous de 45 centimes, c'est parce qu'ils ne souhaitent pas vendre de la bière qui coûte moins cher que l'eau minérale. Un demi-litre de Vittel coûte en effet 42 centimes.

Reste que la baisse des prix des bières étrangères aura sans doute des conséquences sur la production locale. «Les brasseurs suisses devront proposer des prix plus avantageux», confirme l'économiste bâlois Jonas Stoll. Selon l'Office fédéral de la statistique, le prix moyen d'une bière blonde a baissé de 2,6% en février de cette année par rapport à 2014. Une baisse «relativement importante», estime Jonas Stoll.

Ton opinion