17.02.2020 à 16:43

Jeux vidéoLe prix de la Nintendo PlayStation s'envole

L'unique prototype de console encore en circulation témoignant d'un partenariat avorté entre Nintendo et Sony a atteint 350'000 dollars aux enchères.

von
man
La Nintendo PlayStation permet de lire des cartouches Super Famicom (nom de la SNES au Japon) et des CD-ROM. (Heritage Auctions)

La Nintendo PlayStation permet de lire des cartouches Super Famicom (nom de la SNES au Japon) et des CD-ROM. (Heritage Auctions)

Il n'a pas fallu longtemps pour que le prix de la Nintendo PlayStation, mise aux enchères depuis le 14 février dernier par la maison de ventes Heritage Auctions, s'envole. A l'heure où nous écrivons, les enchères ont grimpé jusqu'à 350'000 dollars pour cet objet extrêmement rare qui date de 1992. Selon Heritage Auctions, il s'agirait du dernier prototype, sur les 200 construits au total, encore en circulation d'une console de jeux vidéo n'ayant jamais été commercialisée. L'appareil témoigne du partenariat avorté entre Nintendo et Sony, deux firmes aujourd'hui concurrentes sur le marché du jeu vidéo. Le projet consistait à développer une console SNES intégrant un lecteur de CD-ROM, quelques années avant que Sony ne lance sa PlayStation en 1994, avec le succès qu'on lui connaît aujourd'hui. Nintendo avait finalement préféré s'allier avec Philips à l'insu de son compatriote.

Selon Heritage Auctions, le lecteur CD-ROM de cet exemplaire, qui est réapparu en ligne en 2015, ne fonctionnait pas lorsqu'il a été découvert en 2009, mais il a depuis été réparé par le youtubeur Benjamin Heckendorn. L'objet a appartenu à Olafur Johann Olafsson, ancien patron de la division américaine de Sony Computer Entertainement, qui l'aurait oublié après son passage par la banque américaine Advanta. Lors de la faillite de cet établissement, un lot contenant divers objets, ainsi que ce prototype rarissime longtemps considéré une légende, a fini par être acheté aux enchères pour seulement 75 dollars par un certain Terry Diebold, ancien homme de la maintenance.

La vente aux enchères durera jusqu'au 6 mars prochain et pourrait donc voir son prix encore grimper. Terry Diebold avait confié avoir refusé une offre de rachat à 1,2 million de dollars en décembre dernier, estimant cette somme insuffisante.

A noter que parmi les enchérisseurs, on retrouve un certain Palmer Luckey, cofondateur d'Oculus VR, société de réalité virtuelle rachetée par Facebook. Le 14 février dernier, il a revendiqué sur Twitter avoir placé la plus grosse offre.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!