Actualisé

ValaisLe prix évolutif frappe le skieur qui paie à la caisse

La nouvelle stratégie de la station de Crans-Montana pour réguler la foule sur les pistes révèle des surprises dans les tarifs.

par
Julie Müller
Les remontées mécaniques sont prises d'assaut en périodes de forte affluence.

Les remontées mécaniques sont prises d'assaut en périodes de forte affluence.

Keystone/Jean-christophe Bott

Christian* crie au scandale. Habitué des lieux depuis quarante ans, il ne comprend pas l'envolée subite des forfaits de ski à Crans-Montana (VS). «S'ils désirent avoir le moins de monde possible sur leurs pistes, ils n'auraient pas pu s'y prendre différemment», assure-t-il.

Incompréhension tarifaire

C'est en tombant sur l'offre publiée vendredi sur Facebook par Crans-Montana Ski Resort que Christian a découvert l'évolution tarifaire. «J'ai fait un test pour le premier jour des vacances vaudoises en février et on m'indiquait un prix de 74 francs avec 17% de rabais. Or les autres années, la carte journalière ne coûtait que 69 francs», précise-t-il.

Une variation qui s'explique par l'instauration d'un système de prix évolutifs par les Remontées mécaniques de Crans-Montana Aminona (CMA). A contrario, pour un dimanche au début décembre, un skieur ne devra désormais débourser que 39 francs pour la journée et profitera de 43% de réduction.

Une nouvelle stratégie

Crans-Montana, qui est la station-phare du Magic Pass, est depuis deux ans victime de son succès. A tel point qu'elle a dernièrement exigé des compensations financières pour le volume de visiteurs qu'elle doit absorber durant les périodes chargées.

«L'hiver, 60% de nos entrées concernent le Magic Pass et 40% des ventes de tickets aux caisses. Nous nous sommes demandé comment faire pour éviter la saturation en haute saison et combler le vide en périodes creuses. Et nous avons opté pour cette solution», indique Maxime Cottet, directeur général de CMA.

A l'image des vols de compagnies aériennes low-cost, le client qui réserve le plus tôt possible et hors-vacances se verra à présent proposer la meilleure offre. Les rabais allant jusqu'à 65% et étant plus avantageux sur plusieurs jours consécutifs. «On veut inciter les skieurs à acheter leur forfait en ligne, et à l'avance. Nous avons donc augmenté de 20 francs le tarif journalier aux caisses», justifie Maxime Cottet.

La solution à tous les maux

«En fin de compte, personne ne paiera 89 francs son ticket car le prix en ligne offre de toute façon un rabais, même de 1%, et des hôtesses seront présentes aux caisses au début pour effectuer les achats sur des tablettes», souligne encore le directeur de CMA.

Christian reste malgré tout dubitatif: «Le problème c'est que le ski est une activité qui dépend beaucoup de la météo. Il sera compliqué de prévoir sa journée six mois à l'avance.»

Maxime Cottet est conscient que les hausses de prix ne sont jamais accueillies avec joie mais rappelle que le problème de régulation de l'affluence n'est pas nouveau et touche toute l'industrie du tourisme. Que ce soit les hôtels, les trains, les avions... tous adaptent leurs tarifs en fonction des flux.

*Prénom d'emprunt

Plusieurs stations ont sauté le pas

Crans-Montana n'est pas la seule station à avoir tenté le tarif évolutif. Dans les Grisons, Arosa utilise le même système pour fixer ses prix. Le domaine skiable des 4 Vallées (VS) propose quant à lui le «Early Booking», offrant 10% de réduction sur les forfaits achetés en ligne au minimum 10 jours à l'avance. A Zermatt (VS), les prix varient sur le site, de 79 francs en période calme à 87 francs lors de surcharges. Enfin, la station de Laax (GR) profite de son application mobile pour donner accès aux skieurs à des prix promotionnels ajustés en fonction du trafic prévu.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!