Londres: Le prix Nobel de littérature Harold Pinter est mort
Actualisé

LondresLe prix Nobel de littérature Harold Pinter est mort

Le prix Nobel de littérature 2005 Harold Pinter, décédé mercredi soir à l'âge de 78 ans, était un pilier de la littérature britannique et un intellectuel connu pour ses prises de positions politiques tranchées.

Artiste engagé et auteur célébré de plus de 30 pièces de théâtre, Harold Pinter était aussi un poète, un metteur en scène et l'auteur de scénarios de films, dont plusieurs adaptations de ses oeuvres.

Fils d'un tailleur juif, il est né le 10 octobre 1930 à Hackney, un quartier populaire de l'est londonien. Elève brièvement d'une école de théâtre, il produit en 1957 «The Room» («la Chambre») immédiatement suivi de «The Dumb Waiter» («Le monte-plats»), puis, l'année suivante de «The Birthday Party» («L'anniversaire»).

Le succès vient avec «The Caretaker» («le Gardien»), filmé en 1963. Il collaborera à plusieurs reprises pour le cinéma, écrivant notamment les scénarios de «La Maîtresse du Lieutenant français» et de «L'Ami retrouvé».

La réputation de Pinter comme auteur du théâtre de l'Absurde s'élargit au fur et à mesure de son implication croissante dans la politique.

Critique acerbe dans les années 1980 du président américain Ronald Reagan et de sa contemporaine britannique, l'ancien Premier ministre Margaret Thatcher, Pinter avait tourné plus récemment sa colère contre l'engagement de l'Onu au Kosovo (1999), l'invasion américaine de l'Afghanistan (2001) et la guerre en Irak (2003), comparant Tony Blair à «un idiot plein d'illusions» et qualifiant George Bush de «criminel de guerre».

Des oeuvres des années 1990 telles que «The New World Order» («Le nouvel ordre du Monde») «Ashes to Ashes» (même titre en français) ou son recueil de poèmes «War», publié en 2003, témoignent de son engagement militant.

Pinter avait d'ailleurs annoncé après avoir reçu le prix Nobel sa décision d'arrêter d'écrire pour le théâtre afin de se consacrer à la politique.

Harold Pinter était marié en secondes noces avec un autre écrivain anglais, Lady Antonia Fraser.

Souffrant d'un cancer de l'oesophage diagnostiqué en 2002, Harold Pinter avait subi des séances de chimiothérapie, un «cauchemar personnel» selon ses propres mots. «J'ai traversé la vallée de l'ombre de la mort», dira-t-il de cette épreuve. (afp)

Ton opinion