Nobel de Physique: Le Prix Nobel de physique va à Peter Higgs
Actualisé

Nobel de PhysiqueLe Prix Nobel de physique va à Peter Higgs

Le Prix Nobel de physique a été décerné à Peter Higgs, mardi, pour sa découverte du boson qui porte son nom. François Englert est également récompensé. Le CERN est donc mis à l'honneur.

Le Prix Nobel de physique 2013 a été décerné mardi au Belge François Englert et au Britannique Peter Higgs pour leurs travaux sur le boson de Higgs.

Les deux chercheurs, qui ont indépendamment postulé en 1964 l'existence de la particule élémentaire, étaient favoris pour la récompense.

Les deux hommes âgés respectivement de 80 et 84 ans sont récompensés pour leurs travaux sur «la découverte théorique d'un mécanisme qui contribue à notre compréhension de l'origine de la masse des particules subatomiques, et qui a récemment été confirmée», a annoncé le comité Nobel dans un communiqué.

Des expériences du CERN, dans le grand collisionneur de hadrons (LHC), ont tendu à confirmer l'existence de cette particule, censée avoir donné sa masse à la matière.

En juin, François Englert avait déclaré que les choses ne pouvaient être «aussi simples» que le modèle standard, et que la confirmation de l'existence du boson serait loin de répondre à toutes les questions sur l'univers.

Clé de voûte de la matière

Le boson de Higgs est considéré par les physiciens comme la clé de voûte de la structure fondamentale de la matière, la particule élémentaire qui donne leur masse à nombre d'autres, selon la théorie dite du «modèle standard».

Dans leurs efforts pour isoler les plus petits composants de la matière, les physiciens ont découvert plusieurs séries de particules élémentaires: quarks, électrons, neutrinos, etc. Autant de briques de la matière qui interagissent, par l'intermédiaire de messagers, les bosons.

Parmi les bosons figurent les photons, qui expliquent le rayonnement électromagnétique, et les gluons, responsables de la cohésion des noyaux atomiques.

Si le photon, qui file à la vitesse de la lumière, est dépourvu de masse, notre expérience quotidienne nous fait ressentir celle de la matière, composée d'atomes, et donc de quarks et d'électrons.

Trois chercheurs

D'où vient cette masse? Pas des particules elles-mêmes, expliquent les physiciens.

En 1964, par déduction, le physicien britannique Peter Higgs postule l'existence du boson qui porte son nom, avec ses collègues belges Robert Brout et François Englert. Et c'est ce boson, ou plus précisément le «champ de Higgs» fonctionnant comme une sorte de champ gravitationnel dans l'espace entre les particules, qui doit selon eux donner leur masse à d'autres particules élémentaires. Cela expliquerait du même coup pourquoi leurs masses sont si différentes l'une de l'autre.

Comment? «L'idée, c'est que des particules cognent sans arrêt contre des bosons de Higgs, et ce sont ces chocs qui les ralentissent et qui leur donnent l'apparence d'une masse», explique le physicien et philosophe français Etienne Klein. Lorsqu'un homme tente de traverser une foule en courant et heurte des gens, cela «va ralentir sa course».

Autre comparaison possible: un champ de Higgs ressemblerait à une sorte de colle où les particules se retrouveraient plus ou moins engluées, ce qui serait perçu comme leur masse.

«Particule de Dieu»

Loin de prétendre à un rôle divin, le boson de Higgs doit son surnom de «particule de Dieu» à un livre dont l'éditeur américain avait changé le titre.

Le Prix Nobel de physique Leon Lederman voulait titrer «The Goddamn Particle» («la fichue particule») pour exprimer la frustration de recherches vaines jusque-là. Et l'éditeur a coupé «damn», craignant peut-être que «goddamn» soit perçu comme injurieux.

D'où le titre final, «the God particle» («la particule de Dieu»), qui a fait croire que le physicien voulait au contraire insister sur le rôle clé, ou le caractère insaisissable, de cette particule traquée pendant plusieurs décennies. (ats/afp)

Schneider-Ammann félicite le CERN

Johann Schneider-Ammann se réjouit de la remise du prix Nobel de physique 2013 au Belge François Englert et au Britannique Peter Higgs pour leurs travaux sur le boson de Higgs. Le ministre de la recherche félicite toute l'équipe du CERN à Genève qui a participé à confirmer l'existence de cette particule.

«Nous pouvons fièrement recueillir les fruits d'investissements de longue date dans la recherche fondamentale au CERN». Dans sa déclaration publiée mardi, le conseiller fédéral remercie tous les participants et leur adresse ses félicitations. Qu'un prix Nobel de physique ait pour la troisième fois des retombées sur Genève est le résultat d'une collaboration de dimension mondiale unique au plus haut niveau scientifique et technique, affirme le ministre. La Suisse a fortement investi dans la construction du grand collisionneur de hadrons (LHC).

La participation helvétique aux détecteurs ATLAS et CMS et à l'analyse des données a été supérieure à la moyenne. Les universités de Berne, Genève et Zurich, l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich et l'Institut Paul Scherrer étaient de la partie, souligne Johann Schneider-Amman.

Ton opinion