Actualisé 19.03.2013 à 18:12

Gérard Miller«Le problème de DSK, c'est qu'il n'a rien voulu lâcher»

Dans un documentaire, Gérard Miller a tenté de comprendre ce qui avait amené l'ancien directeur du FMI à commettre l'irréparable en mai 2011 à New York.

von
Julienne Farine

Un extrait du documentaire intitulé «DSK, l'homme qui voulait tout».

Quand a éclaté l'affaire du ¬Sofitel de New York, le 14 mai 2011, Dominique Strauss-Kahn est apparu sous un nouveau jour pour une majorité de Français. Mais pas pour Gérard Miller. Le psychanalyste et écrivain, au contraire, a trouvé l'arrestation de DSK complètement logique.

«Je ne faisais pas partie de ses proches, mais j'avais pris certains signaux au sérieux, comme ce qui était arrivé à Tristane Banon (ndlr: qui est une de ses amies) ou les affaires qui avaient conduit à sa démission du Gouvernement Jospin en 1999. Sans compter que j'avais eu des échos de femmes qu'il avait maintes fois sollicitées», explique-t-il.

Gérard Miller a alors voulu retracer l'histoire de DSK et «présenter le Sofitel comme un aboutissement de ce qui s'était passé dans sa vie». Il lui a fallu un an et demi pour arriver à monter le documentaire, présenté ce soir sur France 3. Une période durant laquelle il a essuyé de nombreux refus des personnes auxquelles il a demandé de témoigner. «Je n'ai jamais rencontré autant de difficultés dans la réalisation d'un documentaire, et pourtant c'était mon quinzième», avoue-t-il.

En retraçant la vie de celui que beaucoup voyaient succéder à Nicolas Sarkozy, Miller découvre un homme qui n'est pas prêt à faire des sacrifices pour arriver au sommet de l'Etat. «Son problème, c'est qu'il n'a rien voulu lâcher, analyse le réalisateur. Il voulait vivre avec une épouse dévouée et multiplier les aventures. Devenir le leader de la gauche et jouir d'un ryad à Marrakech. Etre à midi l'égal d'Obama et à minuit le compère des Pieds Nickelés de Lille (ndlr: les protagonistes de l'affaire du Carlton).»

«DSK, l'homme qui voulait tout» est diffusé le mercredi 20 mars 2013, à 20h45, sur France 3

Ils témoignent dans le film:

Raphaëlle Bacqué, grand reporter au journal «Le Monde»

Roland Cayrol, fondateur de l'institut de sondages CSA

Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire national du Parti socialiste

Ariane Chemin, grand reporter au journal «Le Monde»

Elie Cohen, économiste, directeur de recherche au CNRS

Edith Cresson, ancien Premier ministre

Eva Joly, députée européemme, ancienne juge d'instruction

Jack Lang, ancien ministre

Ivan Levaï, journaliste

Pascal Perrineau, directeur du Centre de recherches politiques de Science Po

Yves Roulier, prêtre et ami de jeunesse de DSK

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!