Actualisé

GenèveLe procès de Fabrice A. reprendra bien à zéro

Le meurtrier présumé d'Adeline comparaîtra comme si c'était la première fois lors d'un procès qui se tiendra au plus tôt à l'automne prochain.

1 / 18
La commission d'enquête parlementaire (CEP) a besoin de plus de temps pour rédiger son rapport. (Lundi 23 janvier 2017)

La commission d'enquête parlementaire (CEP) a besoin de plus de temps pour rédiger son rapport. (Lundi 23 janvier 2017)

kein Anbieter
Coup de tonnerre dans l'affaire Adeline: les juges du Tribunal criminel de Genève sont récusés. Le procès, suspendu le 6 octobre dernier, doit reprendre à zéro. (13.01.2017)

Coup de tonnerre dans l'affaire Adeline: les juges du Tribunal criminel de Genève sont récusés. Le procès, suspendu le 6 octobre dernier, doit reprendre à zéro. (13.01.2017)

Keystone
Selon l'ancien chef du service de psychiatrie générale des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) Panteleimon Giannakopoulos, les doutes sur les rapports auraient dû être évoqués puis discutés au procès plutôt que relancer une expertise. D'autant plus que la suspension met encore plus Fabrice A. «dans une position exceptionnelle». (samedi 8 octobre 2016)

Selon l'ancien chef du service de psychiatrie générale des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) Panteleimon Giannakopoulos, les doutes sur les rapports auraient dû être évoqués puis discutés au procès plutôt que relancer une expertise. D'autant plus que la suspension met encore plus Fabrice A. «dans une position exceptionnelle». (samedi 8 octobre 2016)

kein Anbieter/DR/HUG

Fabrice A., le meurtrier de la sociothérapeute Adeline, pourrait être jugé cette année encore. Personne n'a recouru au Tribunal fédéral contre la récusation des magistrats du Tribunal criminel de Genève qui avaient été chargés de se pencher sur cette affaire en octobre dernier.

Il est possible qu'un procès ait lieu cette année, a indiqué mercredi le porte-parole du pouvoir judiciaire, Vincent Derouand, confirmant une information de la Tribune de Genève. Aucune date précise n'a toutefois été avancée. Le Tribunal pénal doit dans un premier temps nommer les juges qui siégeront à ce nouveau procès.

Les magistrats devront ensuite déterminer avec les parties si les deux expertises figurant au dossier suffisent ou si une troisième expertise devra être faite, comme l'avaient ordonné les juges du Tribunal criminel lors du premier procès de Fabrice A., ce qui avait abouti à la suspension des débats.

Juges récusés

Il y a un mois, la Chambre pénale de recours genevoise avait récusé les juges du Tribunal criminel, estimant qu'ils avaient donné l'apparence d'un parti pris en ordonnant cette troisième expertise. La chambre d'appel avait donné ainsi gain de cause à la défense de Fabrice A., qui avait contesté l'impartialité du tribunal.

Dans son arrêt, la Chambre pénale de recours avait relevé qu'en jetant le discrédit sur l'expertise française, qui semblait être plus favorable au prévenu, le tribunal criminel avait donné l'apparence «de vouloir écarter un avis» qui rendait plus difficile un éventuel internement à vie du bourreau d'Adeline.

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!