France: Le procès de Toni Musulin débute à Lyon
Actualisé

FranceLe procès de Toni Musulin débute à Lyon

Le procès du convoyeur de fonds Toni Musulin, accusé d'avoir volé 11,6 millions d'euros en détournant son propre fourgon en novembre dernier, s'est ouvert mardi à Lyon.

Toni Musulin est arrivé ce matin au tribunal de Lyon dans un fourgon... blindé.

Toni Musulin est arrivé ce matin au tribunal de Lyon dans un fourgon... blindé.

Toni Musulin, barbe et cheveux gris, est poursuivi pour «vol» mais aussi pour «tentative d'escroquerie» dans une autre affaire jointe au dossier. L'audience est prévue sur une journée mais le tribunal de Lyon n'exclut pas de prolonger ce procès mercredi. Le jugement ne devrait pas être mis en délibéré à une date ultérieure.

L'audience a débuté mardi par des problèmes de procédures, Me Hervé Banbanaste, avocat du convoyeur de fonds, parlant même «d'un dossier de procédures».

Ce procès a bien failli ne pas avoir lieu sur le fond du dossier. Après plusieurs jours de doute sur un éventuel renvoi, le parquet de Lyon a confirmé lundi que M. Musulin serait bien jugé.

Le parquet de Lyon attendait en effet une décision de la Cour de cassation qui a finalement été rendue la veille de l'audience. La Cour a rejeté la demande d'examen immédiat de la requête en nullité portant sur les conditions d'interpellation et de remise de Toni Musulin aux autorités françaises, déposée par les avocats du convoyeur. «Ce pourvoi est joint au fond du dossier», a déclaré le magistrat chargé de la communication au parquet général près la Cour de cassation.

Le convoyeur de fonds de la société Loomis, 39 ans, est accusé d'avoir pris la fuite au volant de son fourgon blindé le 5 novembre dernier avec 11,6 millions d'euros. Une partie du butin, un peu plus de 9,1 millions d'euros, avait été découverte deux jours plus tard dans une voiture louée à son nom et garée dans un box non loin du lieu où le fourgon avait été retrouvé. Reste donc 2,5 millions d'euros.

Après une cavale aussi médiatique que courte, le convoyeur s'était rendu à la police monégasque dix jours après sa fuite.

Un autre pourvoi formé par Toni Musulin contre son maintien en détention provisoire doit être examiné mercredi matin par la Cour de cassation. (ap)

Ton opinion