Actualisé 11.04.2011 à 13:56

Procès HolenwegerLe procès du banquier s'ouvre à Bellinzone

Le procès du banquier zurichois Oskar Holenweger s'ouvre lundi matin devant le Tribunal pénal fédéral (TPF) à Bellinzone.

Oskar Holenweger est un banquier zurichois.

Oskar Holenweger est un banquier zurichois.

L'avocat du banquier Oskar Holenweger a dénoncé lundi à Bellinzone le caractère selon lui très lacunaire de l'acte d'accusation. A l'ouverture du procès de son client, il a protesté contre l'absence de toute référence au dossier «Ramos».

Lorenz Erni a rappelé devant la Cour des affaires pénales du Tribunal pénal fédéral (TPF) que cet informateur a joué un rôle déterminant dans toute cette affaire et que c'est lui qui est à l'origine de l'enquête menée contre Oskar Holenweger.

«Ramos est un menteur patenté», a déclaré Me Erni. «L'essentiel de ce qu'il a raconté au Ministère public est sans fondement», a affirmé l'avocat.

Dénégations véhémentes

Le banquier a admis avoir reçu 830'000 euros d'un autre agent infiltré, un dénommé «Markus Diemer». Selon les dépositions faites par ce dernier pendant l'enquête, l'agent lui aurait dit qu'il s'agissait d'argent provenant du trafic de drogue.

Présent à l'ouverture de son procès, le banquier a nié avec véhémence avoir su qu'il s'agissait d'argent sale. Les affirmations de ce «Markus Diemer» sont fausses, a-t-il affirmé.

Oskar Holenweger a déclaré que le premier contact avec cet agent infiltré avait été établi par l'intermédiaire de «Ramos», tout comme le second contact. «Ramos» a toujours raconté ce que le Ministère public de la Confédération voulait bien entendre, a déclaré le banquier.

Situation modeste

Interrogé sur sa situation, le banquier a déclaré qu'il travaillait comme consultant. Il a déclaré qu'il vit modestement et qu'il a dû, après sa détention préventive, qui s'était terminée en janvier 2004, se séparer de la plupart de ses objets de valeur, notamment des montres et des tableaux, pour un montant de près d'un million de francs.

Le Ministère public de la Confédération reproche au banquier toute une série de délits en rapport avec les caisses noires du groupe français Alstom. Il accuse Oskar Holenweger de faux dans les titres, de complicité de gestion déloyale et de corruption d'agents publics étrangers.

Il l'accuse également de blanchiment pour ce qui concerne l'argent versé par l'agent infiltré «Markus Diemer». Le procès devrait durer toute la semaine. Le jugement interviendra ultérieurement. La Cour des affaires pénales est présidée par le juge Peter Popp. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!