Course-poursuite fatale: Le procès du drame de Perly s'ouvre lundi
Actualisé

Course-poursuite fataleLe procès du drame de Perly s'ouvre lundi

Le procès d'un des protagonistes de la course-poursuite de Perly, qui s'était soldée par la mort de trois jeunes gens en octobre 2007, s'ouvre lundi devant le Tribunal correctionnel de Genève.

L'accusé, 26 ans, était le conducteur d'une des deux voitures ayant pris part à la course-poursuite. Les trois victimes se trouvaient dans l'autre véhicule. Un passager avait survécu. Le prévenu doit répondre d'homicide par négligence, de lésions corporelles par négligence et d'infractions graves à la circulation routière.

Il se défile

Le Ministère public reproche aussi au jeune homme de n'avoir pas averti la police et d'avoir quitté les lieux du drame précipitamment avant l'arrivée des secours. L'accusé a pris pour avocats François Canonica et Yaël Hayat. La partie plaignante est représentée par Henri-Philippe Sambuc et Robert Assaël.

Le drame s'est noué dans la nuit du 19 au 20 octobre 2007. L'accusé, au volant d'une Alfa-Romeo, se met à faire la course avec une Renault Mégane dans laquelle sont assis quatre jeunes gens. Les deux conducteurs roulent à des vitesses dépassant les 120 km/h, traversant à tombeau ouvert le village de Plan-les-Ouates (GE).

Vol plané de 35 mètres

Selon l'acte d'accusation, arrivé sur le pont de Perly, le prévenu se met à freiner par à-coups. Le conducteur de la Renault, qui talonne l'Alfa-Romeo, perd alors la maîtrise de sa voiture. Celle-ci part en embardée et défonce la barrière de sécurité qui borde le tablier du pont.

La voiture survole ensuite littéralement les voies de circulation de l'autoroute A1 avant de s'écraser 13 mètres plus bas, à 35 mètres du point d'impact sur le garde-fou. La Renault prend feu juste après le choc. Un des passagers, aujourd'hui âgé de 21 ans, réussi à s'extraire miraculeusement du brasier.

(ats)

Ton opinion