Actualisé 19.06.2011 à 08:01

Banque cantonale de Genève

Le procès reprend après une interruption

Le procès des responsables présumés de la débâcle de la BCGE reprend lundi jusqu'au 15 juillet. Les débats avaient été interrompus durant trois semaines pour permettre à un des avocats de siéger au Conseil national.

Marc Fues, ex-directeur général de la BCGe, (à g.) avec son avocat Christian Luescher, en octobre 2010.

Marc Fues, ex-directeur général de la BCGe, (à g.) avec son avocat Christian Luescher, en octobre 2010.

Le procès des responsables présumés de la débâcle de la Banque cantonale de Genève (BCGE) avait été suspendu durant trois semaines pour permettre à Christian Lüscher, avocat d'un des prévenus, de siéger au Conseil national, à Berne.

La semaine à venir sera consacrée à l'audition de témoins. Des anciens membres du comité de banque de la BCGE et d'ex- administrateurs de l'établissement vont défiler à la barre. Les cinq accusés, qui doivent répondre de faux dans les titres et de gestion déloyale aggravée, ont pour leur part déjà été interrogés.

Le Ministère public reproche à l'ancien président de la BCGE Dominique Ducret, à l'ex-directeur général de la banque Marc Fues, à son ancien adjoint René Curti et à deux ex-réviseurs d'Ernst&Young, d'avoir dissimulé que l'établissement se trouvait au bord du gouffre à la fin des années nonante.

En 2000, l'Etat de Genève est intervenu pour éviter la fermeture de la banque. Il a créé une fondation qui a repris à la BCGE pour 5 milliards de francs de crédits «pourris». Au final, le sauvetage de l'établissement aura coûté aux contribuables genevois quelque 2,3 milliards de francs. L'Etat est partie plaignante au procès. (ats)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!