Sénégal - Le producteur et les acteurs d’une série contraire «aux bonnes moeurs» condamnés
Publié

SénégalPrison avec sursis pour le producteur et les acteurs d’une série contraire «aux bonnes mœurs»

En août des organisations religieuses avaient déclaré que des scènes de la bande-annonce de «Cirque noir» étaient pornographiques. Le tribunal de Dakar condamne les producteurs et cinq acteurs à de la prison.

Le jugement a été prononcé vendredi par un procureur du tribunal des flagrants délits de Dakar.

Le jugement a été prononcé vendredi par un procureur du tribunal des flagrants délits de Dakar.

AFP

Un tribunal sénégalais a condamné vendredi à des peines de prison avec sursis un producteur et cinq acteurs d’une nouvelle série télévisée, poursuivis après la diffusion dans une bande-annonce de scènes décriées comme «pornographiques» par des organisations religieuses.

Le procureur du tribunal des flagrants délits de Dakar avait requis le 27 août deux ans de prison ferme contre le producteur et un an ferme contre les cinq acteurs de la série «Cirque noir», tous poursuivis pour «diffusion d’images contraires aux bonnes mœurs outrage public à la pudeur».

Lors du prononcé du jugement vendredi en l’absence des prévenus, le producteur a été condamné à deux ans de prison avec sursis et les acteurs de six mois avec sursis. «Nous allons voir si nous ferons appel», a déclaré à l’AFP un avocat de la défense, Oumar Sène.

Diffusion exclue

Interrogée par l’AFP, une source au sein du régulateur de l’audiovisuel a exclu la diffusion en l’état sur les télévisions sénégalaises de cette série.

Une bande-annonce diffusée en ligne et sur les réseaux sociaux en août montrait notamment une femme nue et une scène suggérant les ébats d’un couple dans un drap, des images décriées par des organisations religieuses comme «pornographiques», dans ce pays musulman à plus de 95%.

Ces organisations dont l’ONG islamique Jamra, qui a déjà obtenu du régulateur de l’audiovisuel des retouches de scènes de précédentes séries sur les relations extraconjugales, avaient également dénoncé le «langage obscène» d’une autre bande-annonce de «Cirque noir».

Elles avaient ensuite saisi la division de la cybersécurité de la police qui a arrêté mi-août une dizaine de personnes, dont six ont été déférées devant le procureur le 18 août.

L’ONG Jamra aussi critiquée

Mais Jamra, en pointe dans le combat «pour la préservation des valeurs au Sénégal», n’est pas non plus épargnée par les critiques.

Dans une récente tribune intitulée «Jamra, arrête ton cirque!» deux journalistes ont dénoncé «la censure systématique sur des séries télévisées» imposée selon eux par l’ONG.

Ils s’inquiètent de la place croissante laissée par les pouvoirs publics à ce type d’interventions, alors que selon eux c’est la liberté de création artistique qui a permis le rayonnement culturel du Sénégal dans le monde.

Version originale publiée sur 20min.ch

(AFP)

Ton opinion