Le projet d'éoliennes renaît sur le Balcon du Jura
Actualisé

Le projet d'éoliennes renaît sur le Balcon du Jura

Sainte-Croix. Après deux ans de stand-by, le canton relancera
le projet de parc éolien en 2008.

Le projet d'éoliennes à Sainte-Croix a eu du plomb dans l'aile. Mais ses opposants n'ont pas eu sa peau. Le canton s'est bel et bien remis au travail, depuis que le Tribunal administratif l'a renvoyé à ses cahiers pour vice de procédure fin 2005.

«Un nouveau plan d'affectation sera déposé en 2008», confirme François Schaller, responsable du dossier au Service de l'environnement et de l'énergie (SEVEN). Si ce plan ne fixe pas le nombre d'éoliennes, il définit la zone sur laquelle elles pourront être implantées et leur taille maximale, soit 150 m de haut.

Depuis les prémisses de ce vieux projet, contré par un référendum communal en 1999, puis par plus de 200 oppositions en 2003, le vent a clairement tourné en faveur de cette énergie renouvelable. «Un arrêt du Tribunal fédéral rendu en août 2006 considère désormais que l'intérêt public des éoliennes l'emporte sur la protection de l'environnement», rappelle François Schaller.

Les opposants n'ont pas pour autant mis de l'eau dans leur vin et promettent de combattre le nouveau projet avec la même vigueur. «On n'est pas contre les énergies renouvelables mais contre un projet qui est idiot», s'emporte Armand Jaccard, secrétaire de l'association des opposants. Il évoque notamment la trop grande proximité des éoliennes avec les habitations et leur faible rentabilité énergétique.

Carole Pantet

Le canton visite les autres sites potentiels

Les projets de parc d’éoliennes se multiplient dans le canton de Vaud. La semaine dernière, la vallée de Joux dévoilait ainsi son futur parc d’hélices, capable de rendre ses 6000 habitants autonomes énergétiquement en 2012.

Sur La Côte, Saint-Georges vient d’effectuer une étude technique. D’autres sites intéressants seront bientôt désignés par le SEVEN, qui vient de visiter toutes les zones du canton mises en avant dans une étude nationale.

Ton opinion