Canton de Vaud: Le projet de budget 2016 ne fait pas un pli

Actualisé

Canton de VaudLe projet de budget 2016 ne fait pas un pli

Les députés vaudois ont définitivement adopté mardi en un temps record le projet de budget 2016.

«Le budget fini mardi à midi, c'est du jamais vu!», s'est exclamé PLR Jean-Marie Surer.

«Le budget fini mardi à midi, c'est du jamais vu!», s'est exclamé PLR Jean-Marie Surer.

Avec un excédent de 1,4 million de francs, il est bénéficiaire pour la 10e année consécutive. Seule l'extrême gauche l'a refusé.

Menés tambour battant, les deuxième et troisième débats n'ont quasi rien changé au projet de budget mardi. Au vote final, il a été accepté par 133 oui et cinq non.

«Le budget fini mardi à midi, c'est du jamais vu», s'est exclamé PLR Jean-Marie Surer. A part un modeste amendement, moins 150'000 francs dans un projet relatif aux drones, rien n'a été touché, a-t-il constaté. Le PLR reviendra dès janvier sur la politique sociale, a néanmoins averti le chef du groupe. Car, à ce train-là, l'Etat social risque d'imploser.

Raisonnable et équilibré

Le PS a dénoncé ces prévisions d'apocalypse. Le budget adopte une stratégie raisonnable dans une conjoncture économique incertaine, a souligné Nicolas Rochat Fernandez. Vaud est d'ailleurs l'un des seuls cantons où les dépenses de l'aide sociale sont en diminution.

Les autres partis ont également tressé des louanges à un projet «équilibré», «consensuel», «de qualité». Le canton adapte son train de vie, a relevé la Vert'libérale Graziella Schaller. L'UDC s'est tout de même dite préoccupée par des rentrées financières qui stagnent.

Débat bâclé

Le groupe La Gauche, qui s'est abstenu de déposer des amendements au deuxième débat, alors qu'il les avait multipliés au premier, a dénoncé un débat budgétaire «particulièrement bâclé». «C'est l'effet de la coalition gouvernementale libérale, radicale, socialiste», a constaté le député Jean-Michel Dolivo.

Le budget est soutenu automatiquement. Le débat sur la réforme de l'imposition des entreprises (RIE III) sera plus animé, a-t-il espéré.

Pas à rougir

«Effectivement le débat a été rapide», a souligné le président du Conseil d'Etat Pierre-Yves Maillard. «Ce n'est pas le signe d'une absence de débat. Il a été de qualité, sérieux et bien mené en commission.»

Le canton continue avec des finances saines. Là c'est la réalité objective. Certains s'en lamentent. On peut se féliciter de ne pas devoir attaquer le social, le service public, alors que, dans le pays, beaucoup sont obligés de le faire, a relevé M. Maillard.

«Nous n'avons pas à rougir d'avoir un débat consensuel. Au contraire c'est un signe de qualité démocratique». Quant aux questions sociales, il est sain, légitime et normal d'en parler et de les creuser, a ajouté le ministre.

Collégialité

Le grand argentier Pascal Broulis a relevé pour sa part qu'il ne s'agissait pas d'un budget de coalition, mais de concorde. «La collégialité, c'est ce que l'on nous envie à l'extérieur», a-t-il remarqué.

Le total des charges du budget 2016 s'inscrit à 9,159 milliards de francs, avec une hausse des dépenses courantes de fonctionnement de 2,47%. Les recettes prévues sont de 9,160 milliards de francs, en augmentation de 1,45%. La progression des recettes fiscales n'est que de 0,9% contre 5% l'an dernier. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion