Actualisé 15.07.2010 à 18:25

Affaire BettencourtLe protégé de Bettencourt en garde à vue

Quatre proches de l'héritière de L'Oréal, Liliane Bettencourt, dont son protégé, le photographe François-Marie Banier, ont été placés en garde à vue jeudi à Paris.

L'ami de Liliane Bettencourt, François-Marie Banier, est accusé par la fille de l'héritière d'avoir abusé d'une faiblesse présumée de sa mère pour lui soutirer de l'argent.

L'ami de Liliane Bettencourt, François-Marie Banier, est accusé par la fille de l'héritière d'avoir abusé d'une faiblesse présumée de sa mère pour lui soutirer de l'argent.

Parmi les proches de Liliane Bettencourt interpellés jeudi figurent le photographe François-Marie Banier et le gestionnaire de fortune Patrice de Maistre.

Outre ces deux hommes, la police a procédé à l'interpellation de Fabrice Goguel, l'ancien avocat de Liliane Bettencourt, et de Carlos Vejarano, gérant de l'île d'Arros aux Seychelles achetée par le couple Bettencourt. Leur garde à vue, qui s'inscrit dans le cadre d'une enquête préliminaire, est susceptible de durer 48 heures.

La procédure vise tous les faits apparus dans les enregistrements clandestins de la milliardaire, réalisés entre mai 2009 et mai 2010 par un de ses employés, publiés dans la presse mi-juin, et remis à la justice, a dit une porte-parole du procureur de Nanterre. Ces écoutes laissent supposer l'existence d'un blanchiment de fraude fiscale via l'île d'Arros, non déclarée au fisc, et la révélation de deux comptes en Suisse détenus par Liliane Bettencourt.

D'une affaire de famille...

Les «affaires Bettencourt», aux rebondissements et volets multiples, ont démarré il y a plusieurs mois par une plainte de la fille de Liliane Bettencourt contre François-Marie Banier. Elle accuse le photographe d'avoir abusé de la faiblesse présumée de sa mère, âgée de 87 ans, pour se faire remettre près d'un milliard d'euros de dons.

Artiste touche-à-tout et figure du Tout-Paris, François-Marie Banier, 63 ans, est d'abord un peintre-écrivain séduisant et provocateur, qui joue de son charme pour s'introduire en plus haut lieu, avant de se tourner vers la photographie mondaine. Ami du couple Bettencourt depuis les années 1970, il en reçoit de nombreux cadeaux: contrats d'assurance-vie, chèques, tableaux de maîtres...

Poursuivi pour abus de faiblesse, le photographe devait être jugé début juillet mais son procès a été renvoyé sine die, en raison des rebondissements suscités par la divulgation des écoutes de conversations entre Liliane Bettencourt et ses proches.

...à une affaire nationale

Car les écoutes ont transformé le conflit familial en scandale politico-financier, mettant en difficulté le ministre du Travail Eric Woerth, longtemps ministre du Budget, et déstabilisant même l'ensemble du gouvernement de Nicolas Sarkozy.

Dans les enregistrements, Patrice de Maistre déclare en effet avoir embauché fin 2007 Florence Woerth, à la demande de son mari, alors ministre du Budget. Dans le cadre de l'enquête, la brigade financière a ainsi aussi été chargée d'examiner le possible conflit d'intérêt ou trafic d'influence d'Eric Woerth.

Gestionnaire discret de l'immense fortune de Liliane Bettencourt, estimée à 17 milliards d'euros, Patrice de Maistre apparaît comme un personnage central, notamment par son rôle présumé dans une éventuelle évasion fiscale. Il a d'ailleurs reconnu fin juin l'existence des deux comptes en Suisse, d'une valeur de 78 millions d'euros.

Jusqu'à Nicolas Sarkozy

Surtout, Patrice de Maistre, 61 ans, a été désigné devant les policiers par l'ancienne comptable de l'héritière de L'Oréal comme l'intermédiaire qui «s'occupait des 'politiques'». Il aurait notamment, selon elle, versé 150'000 euros en liquide en 2007 à Eric Woerth pour financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, une accusation qu'il réfute vivement.

Ces faits présumés font l'objet d'une enquête préliminaire distincte contrôlée également par le procureur de Nanterre Philippe Courroye.

Les gardes à vue interviennent au lendemain d'une annonce de Liliane Bettencourt rejetant toute mise sous tutelle et confiant un audit indépendant à Patrice de Maistre. Cet audit des trois structures utilisées pour gérer le patrimoine de la famille Bettencourt visera à vérifier la régularité et la bonne gestion des fonds de ces entités, a expliqué l'avocat de la milliardaire française, Georges Kiejman. (ats/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!