Irak: Le PS critique la visite-surprise de Sarkozy
Actualisé

IrakLe PS critique la visite-surprise de Sarkozy

Plusieurs responsables socialistes ont critiqué mercredi la visite-surprise de Nicolas Sarkozy à Bagdad, déplorant «l'agitation personnelle» du chef de l'Etat.

«Je ne comprends pas la position de M. Sarkozy. On ne va pas comme ça tout d'un coup inventer une politique tout seul», a commenté sur LCI le président du groupe socialiste à l'Assemblée Jean-Marc Ayrault. «Il y a une forme d'agitation personnelle, il veut faire croire encore une fois qu'il est toujours président de l'Union européenne».

Le «patron» des députés PS, lui-même de retour du Proche-Orient où il s'est rendu ce week-end avec la délégation parlementaire conduite par le président de l'Assemblée Bernard Accoyer, s'est déclaré surpris par le mélange entre le message politique de la visite et l'appel lancé aux entreprises françaises pour qu'elles réinvestissent dans le pays: «si (vendre des hélicoptères) est la vraie raison de la visite du président de la République, il y a quelque chose de déplacé».

Le secrétaire national du PS aux relations internationales Jean-Christophe Cambadélis avait estimé mardi que le déplacement de Nicolas Sarkozy «abîmait la voix de la France».

Ces propos ont provoqué de vives réactions dans le camp sarkozyste. «Une fois de plus il se trouve des responsables socialistes qui contestent au président de la République l'une de ses prérogatives essentielles: celle de représenter la France et de défendre son rôle à l'étranger», a répliqué le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement Roger Karoutchi, déplorant «l'isolationnalisme» du PS.

«Quand un pays s'ouvre à la démocratie et qu'il essaie de sortir d'une période de guerre qui a succédé à une des pires dictatures, c'est le devoir de la France, pays des droits de l'Homme, d'être à l'avant-garde de l'Europe», a renchéri le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre. (ap)

Ton opinion