Suisse: Le PS entend franchir les 20% des voix en 2019
Actualisé

SuisseLe PS entend franchir les 20% des voix en 2019

Christian Levrat, chef du PS, affirme que son parti veut dépasser la barre des 20% des voix lors des prochaines législatives en 2019.

Christian Levrat le 25 mars 2018 à Fribourg.

Christian Levrat le 25 mars 2018 à Fribourg.

Keystone

Le parti socialiste suisse veut dépasser la barre des 20% des voix lors des prochaines législatives fédérales de 2019, affirme son président Christian Levrat. Une telle progression est possible, mais aussi nécessaire pour «briser» la majorité de droite, selon lui.

«Le parti est sur la bonne voie», déclare M. Levrat dans un entretien diffusé mardi par le Blick. Il pointe les gains de sièges de la formation à la rose récemment enregistrés dans le canton de Berne, ainsi qu'en Argovie et à Bâle-Ville l'année dernière.

La déclaration du président du PS est également une réponse à son homologue du PLR, Petra Gössi, qui avait affirmé en mars que le PLR, troisième des élections de 2015, ambitionnait de devenir la deuxième formation de Suisse en 2019.« Son prédecesseur Philipp Müller disait la même chose. Si cela fait du bien psychologiquement au PLR de dire cela, qu'il le répète encore et encore. Il ne nous rattrapera pas», ironise le Fribourgeois.

Christian Levrat répond aussi à la critique d'Albert Rösti, président de l'UDC, qui affirmait que le PS remporterait des victoires grâce aux villes où vivraient selon lui «un nombre supérieur à la moyenne de profiteurs de l'Etat». «En tant que président du parti des paysans, je ferais attention aux accusations quant à savoir qui profite le plus de l'Etat», rétorque-t-il.« Mais c'est sûr, nous ne sommes pas le parti des milliardaires. Celui-là c'est l'UDC», lance-t-il. «Lorsque les électeurs de l'UDC comprendront que leur parti fait de la politique pour une petite minorité de riches, Albert Rösti aura un sérieux problème. C'est pour cela qu'il est si nerveux!»

Primes d'assurance-maladie limitées

Lors du scrutin de 2015, l'UDC était arrivée en tête avec 29,4% des suffrages, en hausse de 2,8 points par rapport à 2011, devant le PS (18,8%/ 0,1) et le PLR (16,4%/ 1,3). Le PDC, quatrième, continuait son recul (-0,7 point), avec 11,6% des voix.

Pour parvenir à son objectif, Christian Levrat entend notamment concentrer la campagne électorale du PS sur les coûts de la santé. L'initiative visant à limiter la charge des primes de l'assurance obligatoire des soins à 10% du revenu disponible des assurés devrait être lancée cet automne, ajoute-t-il.

Selon le conseiller aux Etats fribourgeois, la valeur moyenne se situe actuellement à 12%. Une initiative similaire a été lancée au niveau cantonal à Genève en novembre dernier par le PS.

Le PS se refuse en revanche à organiser un référendum contre la loi controversée sur la surveillance des bénéficiaires de l'aide sociale. Il préfère laisser le travail à un mouvement de citoyens. «La loi adoptée par le Parlement va beaucoup trop loin», reconnaît Christian Levrat. «Mais un référendum est difficile à gagner et nous fournirions inutilement une plateforme pour que nos opposants aient un débat disproportionné sur les abus sociaux.» (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion