Conjoncture: Le PS exige un programme de relance d'au moins six milliards de francs
Actualisé

ConjonctureLe PS exige un programme de relance d'au moins six milliards de francs

Face à l'ampleur de la récession annoncée l'an prochain en Suisse, le Parti socialiste (PS) exige du Conseil fédéral un programme de relance conjoncturel doté d'au moins six milliards de francs.

Outre des mesures pour soutenir le pouvoir d'achat, des investissements immédiats dans les domaines des transports et de l'énergie sont demandés, selon le plan en dix points présenté jeudi par le parti.

Le PS reproche au Conseil fédéral et aux partis bourgeois de méconnaître la gravité de la situation ou de la nier, pour des raisons en partie idéologiques. Tous les économistes de renom se prononcent aujourd'hui pour un programme conjoncturel robuste, selon le PS. Une récession de l'ampleur que celle qui se profile sur la base de différents indicateurs coûtera très cher à l'Etat si rien n'est entrepris.

Dans ces circonstances, le PS juge d'autant plus incompréhensible que le programme de conjoncture présenté à la mi-novembre par le Conseil fédéral ne porte que sur 1,4 milliard de francs au maximum, soit près de 0,3% du Produit intérieur brut (PIB). Et de dénoncer certaines mesures «alibi», comme lorsque Doris Leuthard essaie de vendre une révision fiscale pour les familles aisées comme une mesure conjoncturelle.

Le PS exige du Conseil fédéral un programme de relance portant sur au moins six milliards de francs aux effets à court terme. L'argent doit être investi en priorité dans les domaines de l'efficacité énergétique, des énergies renouvelables et des transports, ainsi que dans des mesures destinées à soutenir le pouvoir d'achat.

Concrètement, le PS demande à la Confédération de réaliser immédiatement les projets d'infrastructure ferroviaire annoncés comme prêts à démarrer par les CFF, ainsi que les investissements en suspens dans le domaine de la protection contre les inondations et les avalanches. L'enveloppe à disposition pour l'assainissement énergétique des bâtiments doit être relevée et les conditions pour l'énergie solaire améliorées.

Primes maladie des enfants payées par l'Etat

Pour soutenir le pouvoir d'achat des familles, le PS propose que la Confédération prenne en charge durant deux ans les primes d'assurance-maladie des enfants et des jeunes en formation, la limite d'âge étant fixée respectivement à 18 et 25 ans. Il prône par ailleurs le versement d'un bonus conjoncturel unique de 1000 francs pour les bénéficiaires de prestations complémentaires, ainsi que le relèvement temporaire des moyens financiers pour la formation continue des jeunes chômeurs.

Le PS appelle également les cantons, les villes et les communes à prendre des mesures de politique conjoncturelle et d'anticiper autant que possible les investissements prévus dans les infrastructures. Il attend par ailleurs de la Confédération qu'elle prenne les devants pour éviter un resserrement du crédit aux petites et moyennes entreprises. (ap)

Ton opinion