Crise financière: Le PS exige une action rapide
Actualisé

Crise financièreLe PS exige une action rapide

Le groupe parlementaire socialiste veut agir vite pour contrer la crise financière.

Lors d'une séance extraordinaire vendredi, il a approuvé un plan de mesures conjoncturelles susceptibles d'empêcher un ralentissement économique.

Ces mesures vont de l'assainissement énergétique des bâtiments à l'accélération de la réalisation de projets d'infrastructures de transports publics. Le PS propose également d'agir sur le pouvoir d'achat en baissant les taux hypothécaires et en autorisant enfin les importations parallèles.

Le moteur de la croissance toussote et menace toujours plus sérieusement de se gripper. «Nous disposons cependant d'excellents instruments pour pallier la récession qui s'annonce. Ne manque que la volonté politique d'agir à bon escient», relève la présidente du groupe socialiste Ursula Wyss dans un communiqué.

Des contreparties

S'il a été possible de trouver des dizaines de milliards de francs pour sauver les banques, la Confédération doit être en mesure de dégager les moyens nécessaires pour maintenir les emplois, ajoute le groupe socialiste.

S'agissant du plan de sauvetage de l'UBS, le PS exige expressément que l'injection d'argent public s'accompagne de contreparties: l'intérêt des contribuables réclame ainsi de larges garanties en cas de pertes.

Le parti répète que le versement de dividendes, d'indemnités et de bonus aux cadres supérieurs de l'UBS doit être gelé tant que le prêt accordé par la Banque nationale ne sera pas intégralement remboursé. Ce n'est qu'à ces conditions que le groupe socialiste avalisera le plan de sauvetage lors de la session extraordinaire du Parlement en décembre, avertit-il.

(ats)

Ton opinion