France: Le PS fixe les conditions sur la burqa
Actualisé

FranceLe PS fixe les conditions sur la burqa

Martine Aubry a confirmé que les députés socialistes voteraient mardi soir la résolution parlementaire sur l'interdiction du voile intégral en France.

La première secrétaire du PS a par contre fait savoir que sa formation s'opposait au projet de loi tel que la majorité l'envisage.

La cheffe du Parti socialiste (PS) a été reçue en fin de matinée à Matignon par le Premier ministre François Fillon, en présence de la ministre de la Justice, chargée de rédiger le texte qui doit être examiné en conseil des ministres le 19 mai.

«Nous lui avons dit que nous voterions la déclaration de principes. Nous sommes évidemment contre la burqa et nous souhaitons qu'elle ne soit plus présente dans notre pays», a-t-elle dit à la presse à l'issue de l'entretien.

En revanche, les socialistes ne veulent pas d'un texte interdisant la burqa dans tout l'espace public mais se cantonnant aux services et lieux publics, comme les mairies, les hôpitaux ou encore les banques.

Stigmatisant

«Nous pensons que l'interdire sur l'ensemble de l'espace public ne sera pas opérant, risque d'être stigmatisant et surtout d'être totalement inefficace car inappliqué et une loi inappliquée c'est la République qui recule», a dit Martine Aubry.

«Nous souhaitons que le texte de loi ne soit pas réalisé dans l'urgence - je crois que c'est maintenant acquis - ne soit pas discriminant et qu'il suive l'avis du conseil d'Etat en demandant qu'il ne s'applique pas seulement à la burqa mais à l'ensemble des éléments de dissimulation du visage», a-t-elle fait valoir.

Martine Aubry a par ailleurs jugé «surréaliste» que François Fillon consulte l'opposition sur la burqa en pleine crise financière européenne et après l'annonce d'importantes mesures de réduction budgétaire en France.

Les députés français doivent voter mardi soir une résolution stipulant que le voile intégral est contraire aux valeurs républicaines. Il s'agit d'une première étape consensuelle avant l'examen en juillet d'un projet de loi très controversé interdisant niqab et burqa dans l'espace public. (ats)

Ton opinion