Actualisé 25.10.2010 à 14:48

Elections jurassiennesLe PS maintient la pression pour le second tour

Le 2e tour de l'élection au Gouvernement jurassien reste ouvert. Le Parti socialiste peut toujours prétendre reconquérir son 2e siège.

La ministre sortante Elisabeth Baume-Schneider est arrivée nettement en tête du premier tour. Le second candidat du PS conserve lui aussi ses chances.

La ministre sortante Elisabeth Baume-Schneider est arrivée nettement en tête du premier tour. Le second candidat du PS conserve lui aussi ses chances.

Le second candidat du PS talonne les trois ministres de droite, en particulier Charles Juillard, affaibli par les «affaires».

Les cinq ministres ont terminé dans le peloton de tête du 1er tour qui a débouché dimanche sur un ballottage général. La socialiste Elisabeth Baume-Schneider arrive largement en tête devant le PCSI Laurent Schaffter, le libéral-radical Michel Probst et les deux démocrates-chrétiens Philippe Receveur et Charles Juillard.

Arrivé à la 6e place avec seulement 291 suffrages de retard sur le 5e, le PDC Charles Juillard, le candidat socialiste Michel Thentz réalise un résultat inattendu. Gagnant de ce premier tour à l'exécutif, le Parti socialiste peut prétendre reconquérir le siège perdu au dépend du PLR en 2006.

Mobilisation de la gauche

Le colistier d'Elisabeth Baume-Schneider pourra compter sur l'appui de la gauche alternative et des Verts. Leurs candidats respectifs, qui ont terminé au 7e et 8e rang avec 17,9 et 17,8% des suffrages, vont se retirer et appeler à voter pour les socialistes le 14 novembre.

Le PS ne veut pas dire contre quel représentant de droite il entend diriger son offensive, affirmant vouloir laisser ce choix aux électeurs. Durant la campagne qui a précédé le 1er tour, il n'a pas caché qu'il visait la place de Michel Probst, jugeant qu'il s'agissait du maillon faible.

Mais force est de constater qu'après ce week-end, c'est le ministre des finances, de la justice et de la police Charles Juillard qui est sorti affaibli. Le PS se réunit mardi soir pour définir sa stratégie. Il ne devrait cependant pas désigner nommément une «cible».

PDC sanctionné

Malgré un bon bilan à la tête de son département, Charles Juillard fait seul les frais des «affaires» qui secouent l'Etat. Le PDC n'a ainsi pas enregistré un vote sanction dans l'élection au Parlement en conservant ses 19 sièges. Pour certains électeurs, M. Juillard incarne ce que d'aucuns appellent «l'Etat PDC» dans le canton.

Mais ce vote mouvement d'humeur pourrait s'atténuer au 2e tour. Les électeurs pourraient voter utile et donc permettre au premier parti du canton d'atteindre son objectif, le maintien de ses deux sièges. Pour y parvenir, le PDC entend mener une campagne sur l'action de Charles Juillard auprès du public et des militants PDC.

Dans le district de Delémont, M. Juillard n'arrive qu'au 6e rang avec 1327 suffrages de retard sur l'autre ministre PDC Philippe Receveur. Dans son district de Porrentruy, il est distancé par le PLR Michel Probst. Des régions où il pourrait améliorer son résultat.

UDC en retrait

L'UDC n'a pas réussi à créer la surprise en articulant sa campagne sur le thème des frontaliers. Présenté comme un sérieux outsider, le conseiller national Dominique Baettig aura même été devancé, avec un 11e rang, par le candidat des Verts et celui de Combat socialiste. L'UDC n'a pas encore fait connaître ses intentions pour le 2e tour.

Il est difficile de tirer des enseignements de cette élection pour les fédérales de 2011 en raison de la spécificité du cas jurassien lié aux «affaires». Reste que la gauche, toutes forces politiques confondues, a réalisé un bon résultat d'ensemble.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!