Le PS prêt à suivre l'UDC pour enterrer les avions de combat
Actualisé

Le PS prêt à suivre l'UDC pour enterrer les avions de combat

Le Parti socialiste est prêt à une alliance de circonstance avec l'UDC au Parlement: il n'y trouverait rien à redire si les «enfantillages» des démocrates du centre lui permettent d'enterrer l'achat de nouveaux avions de combat, selon son porte-parole.

Le PS examine chaque fois les dépenses militaires et les crédits d'armements de manière concrète, a justifié Peter Lauener. «Notre objectif est clair: nous voulons une modernisation radicale de l'armée.»

L'UDC, pour sa part, mène «une politique de bas niveau» et fait un amalgame avec ses problèmes internes. Comme Samuel Schmid, M. Lauener estime que ce comportement constitue un chantage aux effets déstabilisants.

Le porte-parole du PS critique aussi l'examen intégral du Département fédéral de la défense exigé par l'UDC. Cela nécessitera une débauche d'énergie sans garantie sur l'issue de l'exercice, a-t- il prédit. Il est clair en revanche que la commission de gestion doit enquêter sur la procédure de sélection du chef de l'armée. Les socialistes veulent des explications sur les points encore ouverts.

Les radicaux ont mis en garde contre les risques d'une coalition gauche/UDC. Leur alliance bloque systématiquement toute adaptation et toute réforme de l'armée, ont-ils déploré dans un communiqué. Et le PRD d'appeler à cesser ce jeu, dans l'intérêt du pays.

Le dossier militaire est un des rares terrains où l'UDC et le camp rose-vert, pour des raisons opposées, se retrouvent. La gauche antimilitariste cherche à abolir l'armée, tandis que les démocrates du centre freinent des quatre fers au nom du retour à une armée de pure défense nationale comme durant la Guerre froide.

(ats)

Ton opinion