Le PS zurichois ne veut plus de Dignitas
Actualisé

Le PS zurichois ne veut plus de Dignitas

Le PS zurichois a exigé lundi que Dignitas cesse immédiatement ses activités. Devant le Grand Conseil, il a parlé de violation des principes éthiques fondamentaux.

«Le PS est choqué que de graves malades désirant mourir soient utilisés comme des instruments pour faire pression sur la société», a dit une représentante socialiste lors d'une déclaration du groupe parlementaire. Selon le parti, ce n'est pas à la collectivité de trouver un local où Dignitas peut assister au suicide.

Le PS zurichois a aussi exigé que le Conseil fédéral «agisse enfin». «Celui qui aujourd'hui prétend encore qu'il n'est pas nécessaire d'agir se rend moralement complice», a poursuivi la députée socialiste. Le PS a relevé que «le comportement scandaleux» de Dignitas nuisait à l'image de la Suisse à l'étranger.

Le parti fait référence au récent suicide assisté de deux Allemands sur un parking, qui a soulevé une vague d'indignation dans leur pays. Dimanche, la ministre allemande de la justice Brigitte Zypries (SPD) a fortement critiqué Dignitas et s'est dite profondément irritée par ses agissements.

Des standards minimaux

Lundi au Grand Conseil zurichois, le PDC a également exprimé son indignation. Il a demandé au gouvernement zurichois d'établir des standards minimaux pour les organisations d'assistance au suicide. Le Conseil d'Etat a en fait déjà élaboré des propositions de réglementation, mais celles-ci ont été rejetées tant par Dignitas que par Exit. De nouvelles discussions doivent avoir lieu.

(ats)

Ton opinion