Coupe de la Ligue française: Le PSG bat l'OM sans Ibrahimovic
Actualisé

Coupe de la Ligue françaiseLe PSG bat l'OM sans Ibrahimovic

Même en l'absence d'Ibrahimovic, laissé au repos, le Paris Saint-Germain a dominé Marseille en 8es de finale de la Coupe de la Ligue.

Pour ce Clasico délocalisé, Carlo Ancelotti avait pourtant décidé d'innover, contrairement à Elie Baup. Quatre-vingt-dix minutes plus tard, c'est le coach italien qui avait le sourire. Face au triple tenant du titre, le PSG a donc fait tourner: pas plus de Salvatore Sirigu que de Zlatan Ibrahimovic. En revanche, Zoumana Camara, Mohammed Sissoko et Guillaume Hoarau ont débuté.

Nouvelle preuve, si besoin était, que le club de la capitale dispose d'un effectif tout terrain : les remplaçants habituels n'ont pas forcément brillé, mais les titulaires ont assuré. A l'image de Thiago Silva, qui a transformé le penalty de l'ouverture du score (28e), mettant en exergue la domination parisienne et la coûteuse erreur de Rod Fanni, expulsé sur l'action pour une faute sur Hoarau (27e).

Même en infériorité numérique, l'OM a mis de l'intensité. Sans doute un peu trop puisque, à la pause, les Phocéens étaient réduits à dix, tandis que Benoît Cheyrou (4e) et Jérémy Morel (33e) avaient déjà écopé d'un avertissement. Face à une équipe de Paris supérieure tactiquement et techniquement, c'était sans doute la seule solution. Mais ce PSG-là est décidément trop fort. Il l'a une nouvelle fois confirmé face à son meilleur ennemi, pris à la gorge et uniquement sauvé de la déroute par les interventions de Nicolas Nkoulou et Steve Mandanda.

Mais même la garde noire olympienne n'a rien pu faire face à cette merveille d'ouverture de Javier Pastore à destination de Jérémy Ménez. Bien lancé par la superbe louche de l'Argentin, le numéro 7 parisien a fusillé Mandanda de près (50e), occasionnant une nouvelle montée de «Mais ils sont où? Mais ils sont où, les Marseillais?» depuis les travées d'un Parc chauffé à blanc.

Aussi dominateurs que sereins, les Parisiens ont pu dès lors faire tourner leur effectif (entrées d'Adrien Rabiot 62e, de Peguy Luyindula et Siaka Tiéné 79e) comme le ballon, sous les «Olé! Olé! Olé!» de leurs supporters, visiblement ravis de la tournure des événements. D'autant que, petit à petit, l'écart s'est creusé et la fatigue s'est faite sentir pour des Marseillais qui ont multiplié les débauches d'énergie au pressing. Et, pour la troisième fois consécutive, l'OM s'est incliné sans avoir trouvé le chemin des filets.

Malgré une dernière frayeur sur ce poteau de Cheyrou (87e), le PSG n'a jamais tremblé et sort vainqueur de son duel au sommet. Au coup de sifflet final, les Bleu et Rouge pouvaient savourer, en plus du plaisir d'avoir éliminé leurs rivaux, leur quatrième victoire de rang sans prendre de but.

(ats/ap)

La Ville de Paris met fin aux subventions du PSG

La mairie de Paris va mettre fin aux subventions accordées au club de football du Paris Saint-Germain, rapporte jeudi Le Parisien.

Dans une délibération qui sera présentée le 12 novembre prochain au Conseil de Paris, la Ville estime que «le maintien d'une subvention municipale au PSG n'est ni nécessaire ni opportun dans un contexte de rigueur budgétaire». Le club de la capitale a été racheté en 2011 par des investisseurs du Qatar, qui auraient dépensé plus de 140 millions d'euros en transferts cette année, rapporte un élu au Parisien.

«À partir de 2012-2013, le club poursuivra ses actions de son propre chef, sans soutien financier de la collectivité», précise le texte que s'est procuré le quotidien. Le PSG devrait quand même recevoir une dernière aide d'un million d'euros au titre de la saison 2011-2012, soit 250.000 euros de moins que la saison précédente. En 2001, le club avait perçu 6 millions d'euros de subventions, rappelle Le Parisien.

En parallèle, le Conseil de Paris étudie une hausse de l'aide accordée à la Fondation d'entreprise Paris Saint-Germain. Avec un surplus de 20.000 euros, celle-ci se monterait désormais à 170.000 euros par an. Une somme potentiellement revue à la hausse «en fonction des projets caritatifs portés par la fondation», précise l'entourage de Bertrand Delanoë au Parisien.

À noter que la mairie de Paris aide aussi le PSG par des achats de billets, à hauteur de 664.780 euros par an, redistribués gratuitement aux jeunes, agents de la ville et élus parisiens.

Ton opinion