Chauffeur de taxi assassiné: Le psychiatre du meurtrier mis en cause
Actualisé

Chauffeur de taxi assassinéLe psychiatre du meurtrier mis en cause

Une procédure pénale a été ouverte contre un psychiatre après le meurtre d'un chauffeur de taxi par un Suisse de 52 ans en 2007 à Wetzikon (ZH).

Le Tribunal cantonal de Zurich a accepté mardi un recours du Ministère public zurichois.

Le Ministère public avait demandé l'ouverture d'une procédure pénale contre le psychiatre et cinq autres personnes pour homicide par négligence. L'objectif est de déterminer si leur comportement pouvait avoir joué un rôle dans le meurtre du chauffeur de taxi.

Le meurtrier avait égorgé le chauffeur de taxi avec un couteau le 16 septembre 2007 alors qu'il aurait dû être en prison. L'homme n'avait pas pu être emprisonné car il avait été placé dans une clinique psychiatrique après avoir commis des saccages.

Remise en liberté

Dix jours avant le meurtre, un juge avait accepté une requête de remise en liberté de la part du psychiatre contre l'avis de la clinique. Le juge n'était pas au courant des antécédents du meurtrier.

En mars dernier, répondant à la demande d'ouverture d'une procédure pénale, la Chambre d'accusation du Tribunal cantonal avait estimé qu'un comportement différent des personnes impliquées n'aurait selon toute vraisemblance pas empêché le meurtre.

Recours

Le Ministère public et des parents du chauffeur de taxi ont fait recours auprès de la Chambre civile de la cour suprême. Cette dernière a accepté le recours contre le psychiatre incriminé.

Dans son rapport, le médecin avait estimé que l'homme ne présentait pas de danger pour autrui et qu'il pouvait donc être libéré de prison. Dans son jugement, la Chambre civile estime qu'il n'avait pas suffisamment examiné le cas.

Elle a par contre rejeté les recours concernant un juge de district, un policier municipal et deux fonctionnaires de l'office cantonal d'application des peines. Les juges ont estimé qu'ils n'ont pas manqué à leur devoir et qu'il n'y a donc pas lieu d'ouvrir une procédure pénale contre eux. (ats)

Ton opinion