Le public a fini par rallier les écrans

Actualisé

Le public a fini par rallier les écrans

Les spectateurs ont été 200 000 à assister aux grandes projections. Seul Malley, avec son Ecofoot, grimace.

Le temps pourri du début de l'Euro n'a pas manqué de peser sur les bilans des organisateurs de projections publiques. Mais le soleil, qui a accompagné la phase finale, a redonné du tonus aux chiffres des écrans à ciel ouvert.

L'UBS Arena déclare avec satisfaction 133 000 spectateurs, soit un taux de remplissage de 70% en moyenne par jour de match. Après des débuts très difficiles, les Espaces Monde et Saveurs de Bellerive, à Lausanne, ont réussi à sortir la tête de l'eau. «Ce qu'on a perdu au début ne sera pas récupéré, mais le message de la gratuité passé et le soleil revenu, la foule a fini par affluer», confirme l'organisateur, Robert Bruchez. A Nyon, 49 000 personnes ont fréquenté le site (66% des places en moyenne).

Organisateur de l'Ecofoot de Malley, Mathieu Cuendet est amer. Ses 15 000 spectateurs et leur faible consommation ne lui permettront pas d'éviter un déficit. «On a cru à l'engouement, mais les Suisses n'ont pas suivi.» Il se déclare pourtant prêt à rempiler pour le Mondial dans deux ans. Tout comme Nicolas Brugger, à Vevey, ravi d'avoir attiré 40 000 personnes aux jardins des Rivages.

A Yverdon, le projet pédagogique du Semestre de motivation a permis d'attirer 8000 personnes. Un succès qui devrait permettre à la Ville de ne pas verser l'intégralité des 50 000 fr. de garantie de déficit.

Carole Pantet

Excellent bilan sécuritaire

Pour les polices vaudoise et municipales, l’Euro 2008 pourrait devenir la référence en matière de gestion d’un événement de portée internationale. Une préparation minutieuse de la manifestation a permis d’éviter tout incident grave. Partout, l’ambiance s’est révélée très bon enfant. La police n’a enregistré qu’une vingtaine de plaintes liées à l’Euro. Les mesures de circulation prises dans les centres ont très bien fonctionné.

Ton opinion